Jamais deux sans trois. Vraiment ?

Introduction

Chers lecteurs, sachez que je ne cherche pas à vous faire peur, mais simplement à vous préparer. C’est en sachant les choses que vous pourrez mieux les gérer. Est-ce du pessimiste ? Non, simplement un travail de lanceur d’alerte réaliste. Depuis 2012 sur ce blog, j’ai pour ambition de vous aider à éveiller votre pleine conscience des choses, avec amour et bienveillance.

Ne croyez personne sur une simple déclaration ou un écrit, les miens y compris. VÉ RI FIEZ. Soyez curieux, doutez, lisez les positions contraires afin d’avoir un avis largement éclairé. Vous pourrez alors agir au mieux sur votre patrimoine, avant tout humain, mais aussi matériel.

Ce blog traitant l’écume des choses, si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour traverser avec profit la période compliquée actuelle, ce sera votre manière de m’aider très concrètement, à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

Sujet du jour : Les animaux comprendraient-ils mieux que nous ?

Nous connaissons tous ce dicton, mais est-il toujours applicable ? C’est la (bonne) question que nous allons nous poser aujourd’hui. Cela peut paraitre curieux, mais nous allons faire un tour par…le monde animal pour avoir une réponse Juliette !!! … ??? Pardonnez-moi, je me suis trompé de prénom. Une réponse Claire .

Un progrès, au moins sur le plan du droit, a été franchi avec l’adoption de la loi n° 2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. En effet, son article 2 a créé un nouvel article dans notre code civil. Cet article 515-14, aussi court que précis, dispose :

« Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens ».

Si le droit nous dit que les animaux « sont des êtres vivants doués de sensibilité » », qu’en est-il de leur « intelligence » ? Tous les possesseurs de chien ou de chat ont l’occasion de le constater à maintes reprises : oui, ils sont doués d’intelligence. Il est même des circonstances où sur ce plan, ils sont supérieurs à certains d’entre nous.

En voici une illustration « canine » :

C’est curieux comme cette courte vidéo me fait penser aux « doubles injectés » en attente de la troisième. Quelle va être leur réaction ? Sans compter les suivantes. Le ministre de la Santé d’Israël a déclaré le 24 novembre dernier à la télévision : « Il n’est pas déraisonnable [de penser] que nous ayons besoin d’un quatrième vaccin ».

Ne quittez pas… voilà Madri  qui s’approche de mon oreille gauche….

Il vient de me dire fort justement que ce rapprochement hâtif est déplacé. En effet, les techniques employées pour « recadrer » la perception que des personnes ont de la réalité sont très efficaces et elles sont mises en œuvre de manière tellement massive, qu’il est difficile d’y échapper. Il m’a aussi rappelé que le dernier numéro paru des « Rendez-vous d’Hubert » traite ce sujet et donne une clé pour déjouer ces techniques.

Pardonnez-moi, j’ai honte . Préoccupé par les exercices que je mitonne, avec autant de rigueur que d’amour pour les étudiants qui n’en demandent pas tant, j’avais oublié « ce détail ». L’âge sans doute .

« L’individu est handicapé de se retrouver face à une conspiration si monstrueuse qu’il ne peut croire qu’elle existe »

(John Edgard Hoover)

Chers lecteurs, amis des animaux ou pas, futurs triples injectés ou pas, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

https://serenite-patrimoniale.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.