Éléphants roses, miracles ? C’est à vous de voir.

Introduction

Chers lecteurs, après avoir accueilli mon bonjour, sachez que je ne cherche pas à vous faire peur, mais simplement à vous préparer. C’est en sachant les choses que vous pourrez mieux les gérer. Est-ce du pessimiste ? Non, simplement un travail de lanceur d’alerte réaliste. Depuis 2012 sur ce blog, j’ai pour ambition de vous aider à éveiller votre pleine conscience des choses, avec amour et bienveillance.

Ne croyez personne sur une simple déclaration ou un écrit, les miens y compris. VÉ RI FIEZ. Soyez curieux, doutez, lisez les positions contraires afin d’avoir un avis largement éclairé. Vous pourrez alors agir au mieux sur votre patrimoine, avant tout humain, mais aussi matériel.

Ce blog traitant l’écume des choses, si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour traverser avec profit la période compliquée actuelle, ce sera votre manière de m’aider très concrètement, à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

Sujet du jour :

L’histoire débute comme un conte de fées. Monsieur Sun Ng, Hong Kongais de 71 ans, fait spécialement le voyage pour célébrer le premier anniversaire de sa petite-fille aux États-Unis. Malheureusement pour lui, il tombe malade du COVID-19 et en quelques jours, est sur le point de mourir.

Il est hospitalisé le 14 octobre dernier à l’hôpital Edward, dans l’Illinois. La fille de « l’ami Sun », Man Kwan, est titulaire d’un doctorat en génie mécanique et a fait ses propres recherches en matière de Covid. Elle considère que son père devrait prendre de l’Ivermectine. L’hôpital refuse d’administrer ce produit et refuse aussi l’accès à un médecin disposé à l’administrer.

Man Kwan va au tribunal au nom de son père et le 1er novembre, le juge Paul FULLERTON rend une ordonnance exigeant que l’hôpital autorise l’administration d’Ivermectine au patient. L’hôpital refuse de se conformer à l’ordonnance du tribunal.

Retenez que lors d’une audience ultérieure, le 5 novembre, le « juge Paulo » relève le témoignage d’un médecin qui décrit le patient comme « étant sur son lit de mort, avec seulement 10 à 15% de chances de survie ».

L’hôpital résiste encore au jugement les 6 et 7 novembre, refusant au médecin l’accès à son patient. L’hôpital affirme qu’il ne peut pas laisser entrer ce médecin, car il n’est pas vacciné contre le COVID-19 et que le médecin-chef de l’hôpital n’est pas disponible pour « surveiller » l’administration de l’Ivermectine. Les avocats de la fille déposent une requête urgente auprès du tribunal le 8 novembre. Le juge confirme alors sa décision.

Finalement l’administration d’Ivermectine a lieux et… miracle (vous avez le droit de ne pas croire aux miracles) … « grand-père Sun » se remet des atteintes du Covid 19. Il sort de l’hôpital le 27 novembre !!! Quand je vous dis écris que c’est un miracle !!!

La morale de cette histoire qui n’est pas un conte de fées, mais une réalité se résume ainsi. Bien que cet hôpital de l’Illinois ait insisté pour administrer du Remdésivir (coûteux) au patient et que le traitement a échoué, sa vie a été sauvée après qu’un tribunal a ordonné qu’un médecin extérieur soit autorisé à utiliser l’Ivermectine (peu coûteux) pour le traiter, malgré les objections vigoureuses de l’hôpital.

Heureusement pour nous, une pareille affaire ne peut pas se passer en France, le pays de Pasteur… quoi que !!!

Passons maintenant aux éléphants. Si d’aventure, vous avez été « injecté » (volontairement ou « à l’insu de votre plein gré ») et que vous avez des hallucinations, de l’anxiété, des troubles du sommeil… ou bien que vous voyez des éléphants roses… c’est « normal » !!!

En effet, Plus de 100 000 troubles psychiatriques comme l’hallucination et le suicide sont signalés après la « piquouse Covidesque ». Encore un miracle !!!

« Nous savons qu’ils mentent, ils savent aussi qu’ils mentent, ils savent que nous savons qu’ils mentent,

nous savons aussi qu’ils savent que nous savons, et pourtant ils continuent à mentir »

(Alexandre Soljenitsyne)

Chers lecteurs, croyants ou pas, injectés ou pas, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.