Ils ont participé à l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : 36 médailles décernées

e4db49b3f337fcc0d126265fd9532a70-ils-ont-participe-l-evacuation-de-la-zad-de-notre-dame-des-landes-36-medailles-decerneesMercredi 24 avril 2019 les deux préfets ont remis à 36 récipiendaires les médailles de la sécurité intérieure, dont quatre en or. | OUEST-FRANCE

Mercredi 24 avril, l’État a honoré gendarmes, policiers, démineurs… qui ont participé aux opérations d’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, à partir du 17 janvier 2018.

Vingt-cinq escadrons de gendarmerie en alerte sur 1 700 ha, des effectifs de police, des sapeurs-pompiers, des services départementaux et régionaux (Équipement, Environnement), mais aussi l’ensemble du personnel de la préfecture… Durant cinq mois, Notre-Dame-des-Landes a donné lieu à une mobilisation exceptionnelle des services de l’État. L’opération a commencé au lendemain du 17 janvier 2018, jour de l’annonce d’abandon par l’État du projet de transfert de l’aéroport Nantes-Atlantique, et a pris fin peu après le 17 mai.

Des centaines de zadistes évacués

Outre l’évacuation de centaines de zadistes, les services ont dû également encadrer, dans un climat souvent très tendu, trois manifestations dans le centre de Nantes, dont celle du 14 avril qui a ressemblé « 6 700 personnes dont 800 blacks blocks », rappelle le préfet. Claude d’Harcourt n’était pas aux manettes lors des évènements. D’où son invitation à son prédécesseur présente à l’époque, Nicole Klein, à l’occasion de la remise de médailles de la sécurité intérieure, cérémonie voulue par Claude d’Harcourt.

La « route des chicanes » rouverte

« Il s’agissait de rétablir l’État de droit, à commencer par la réouverture de la route départementale 281, dite « route des chicanes ». Le tout dans un climat tendu », précise Nicole Klein, qui fait état de dizaines de blessés parmi les gendarmes mobiles et départementaux.

L’opération de maintien de l’ordre a de surcroît été menée en parallèle avec des négociations pour les agriculteurs qui souhaitaient régulariser leur situation. Par ces remises de médailles, les deux préfets ont tenu à saluer le sang-froid de l’ensemble du personnel, autorisant la tenue « d’un dialogue constructif et d’une fermeté raisonnée ».

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.