Il s’était évadé de la brigade de gendarmerie, il écope de vingt-six mois de prison

Le 18 juin, un Parisien de 31 ans interpellé en possession d’un kilo de cannabis sur l’A1 parvenait à s’évader de la brigade de gendarmerie de Vimy. Interpellé trois mois après, il a finalement été jugé ce lundi et condamné à un an de prison ferme, avec quatorze mois en plus pour la récidive en matière de drogue.

L’individu avait enjambé la grille de la brigade, «
comme un cabri
», a expliqué le gendarme, gêné quant à lui par des problèmes de genoux. PHOTO CHRISTOPHE LEFEBVRE

L’individu avait enjambé la grille de la brigade, « comme un cabri », a expliqué le gendarme, gêné quant à lui par des problèmes de genoux. PHOTO CHRISTOPHE LEFEBVRE

Il répond sans détour aux questions du tribunal et s’émeut de ne pas être représenté par un avocat, qui le rejoindra finalement en cours d’audience. Le verbe haut, à l’aise avec les mots, Mouhamadou Danfakha, s’est certes évadé de la gendarmerie de Vimy le 18 juin, mais ne fuit pas ses responsabilités. Oui, il reconnaît avoir transporté un kilo de cannabis et oui, il s’est évadé. Mais refuse d’assumer les violences dont il aurait usé contre un gendarme pour s’évader.

« Les pressions étaient fortes »

Le 18 juin, le trentenaire, qui sortait de trois ans et demi de détention pour trafic de stupéfiants, était intercepté sur l’A1, au péage de Fresnes-les-Montauban. Dans sa Mégane louée, un kilo de cannabis. «  J’ai été forcé de transporter ce kilo pour le donner à des gens qui m’ont donné des directives, assure-t-il. Les pressions étaient fortes. J’avais une grosse dette de stups. Je savais qu’ils pouvaient s’en prendre à moi ou ma famille. Rebaigner dans le trafic de stups, ce n’était pas dans mes projets. J’ai été rattrapé par le passé. Moi, je voulais changer de vie.  »

Transféré à la brigade de gendarmerie de Vimy, Mouhamadou Danfakha profite qu’un gendarme se soit tourné pour lui apporter du papier toilette pour prendre la fuite en courant. En le bousculant ? Le gendarme l’affirme clairement, le prévenu nie. «  À aucun moment, je ne l’ai bousculé, clame-t-il. J’ai attendu qu’il fouille dans le placard et j’ai enfilé mes baskets quand il avait le dos tourné. J’ai eu l’opportunité de partir, je suis parti. Il dit ça pour se protéger. Mais c’est sa parole contre la mienne.  »

« Je sais que je vais prendre une grosse peine. Quelque part, ça me soulage »

S’en suit une course-poursuite à pied dont l’évadé sort vainqueur. Le suspect se cache durant la nuit, puis parvient à rejoindre Arras en stop le lendemain, prend un train sans payer et rallie Paris. Il est finalement arrêté en Seine-Saint-Denis, non sans opposer de résistance, à l’issue d’un contrôle routier consécutif à une infraction routière (il a brûlé un feu rouge). Dans sa voiture, la BAC avait trouvé 4 900 € en liquide !

«  Je sais que je vais prendre une grosse peine. Quelque part, ça me soulage, je vais assumer et pouvoir passer à autre chose  », a promis le fuyard. En récidive pour les stupéfiants, Mouhamadou Danfakha a été condamné à un an de prison ferme, avec révocation d’un sursis précédent à hauteur de quatorze mois.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.