Il dirige la communauté de brigades

201808231019-fullLe Lieutenant Davy Mendes, nouveau commandant de la communauté de Brigades de Saint-Jory./ Photo DDM

Il est entré dans la gendarmerie en 2004, Davy Mendes a ensuite intégré le corps des sous-officiers pour être gendarme mobile au sein du Peloton d’Intervention à Ussel (19) où il a effectué diverses missions notamment en Guyane, Polynésie Française, Nouvelle-Calédonie, La Réunion, la Corse jusqu’en 2012. En 2016, il obtient le concours des officiers puis un Master II en droit et stratégies de la sécurité de l’université Paris II Panthéon-Assas.

Qu’est-ce qui a motivé votre engagement en 2004 en qualité de gendarme adjoint volontaire au Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Castres (81) ?

La gendarmerie est une institution qui a suscité mon intérêt dès le plus jeune âge. Cependant, ce milieu m’était complètement inconnu et l’engagement dans le corps des Volontaires à l’âge de 20 ans m’a permis de découvrir un métier. Ma première affectation au PSIG de Castres a été une révélation étant originaire de la région et pour un jeune militaire cela reste une unité dynamique et formatrice en intervention de premier niveau.

Quelles expériences vous ont apporté vos différentes missions, y compris dans les DOM-TOM ?

Le fait d’avoir servi en mobile et en départementale m’a permis d’acquérir une expérience professionnelle. En gendarmerie mobile, vous êtes sollicité sur des missions de maintien de l’ordre en métropole comme en outre-mer. Avec une projection de plus de 8 mois par an, l’esprit de groupe reste omniprésent surtout lorsque vous êtes confronté à des situations sensibles à des milliers de kilomètres. En gendarmerie départementale j’ai élargi mes compétences dans le domaine de la police judiciaire mais également j’ai découvert une gendarmerie qui marque un point d’honneur à entretenir le contact avec la population et ses représentants.

Vos premières impressions depuis votre prise de fonction à la communauté de brigades de Saint-Jory ?

C’est une unité dynamique avec une forte activité. Mes premières impressions sont plus que positives notamment en ce qui concerne les 31 militaires de l’unité qui œuvrent quotidiennement à assurer la protection de près de 32 000 habitants sur le ressort de la circonscription.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.