Gendarmerie. L’habillement échappe aux entreprises de l’Ouest

L'habillement des gendarmes échappe aux entreprises de l'Ouest

L’habillement des gendarmes échappe aux entreprises de l’Ouest | Photo : Thomas Bregardis / Ouest-France

La gestion de l’habillement des gendarmes français, qui est externalisée, ne sera pas confiée à une entreprise de l’Ouest.

Ni Armor-Lux (Finistère) ni le groupe Mulliez-Flory (Maine-et-Loire), pas plus que les entreprises de la Manche et de la Mayenne associées au groupe Marck et à Ineo Support Global, n’ont réussi à s’imposer et à décrocher le contrat de 26,6 millions d’euros.

Ce contrat reste finalement aux mains du précédent attributaire: le Groupement Paul Boyé Technologies / Geodis-Calberson sud-ouest. Paul Boyé, fabricant de tenues pour les armées et les forces de sécurité, était titulaire de ce marché depuis 2011.

Fabrication et distribution

« Ce marché a pour objet une prestation globale de fabrication et distribution par correspondance d’effets d’habillement », explique-t-on du côté de la gendarmerie. Les prestations principales englobent : la fabrication et la distribution d’effets d’habillement ; la gestion du stock et des commandes, ainsi que la distribution aux gendarmes vai un portail baptisé Vétigend..

L’externalisation de la fonction habillement est en cours dans la gendarmerie et dans la police nationale (ce dernier contrat a été perdu en 2013 par Armor-Lux et confié à Ineo Support Global). Cette fonction devait aussi être externalisée dans les armées; le contrat avait même été attribué au groupement d’entreprises piloté par Ineo Support Global mais une décision du ministre de la Défense avait mis fin à ce processus.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.