Gendarmerie, douanes et Urssaf réunis pour des contrôles massifs sur l’A20

http://www.lepopulaire.fr/photoSRC/bqUyVelNbWe1aAxBwXruFG8LIKncgI5EqzxysNngmzhLQqc95EY68d5L1WxH7gOSe4AgvLt9FhffSVHCrA9xuoG6bA--_/controles-grndarmerie_2500272.jpeg

es gendarmes du Limousin, les douanes et l’Urssaf ont été mobilisés dans les trois départements limousins, lundi, notamment sur l’A20. 250 voitures ont été contrôlées.

A20, lundi après-midi. En roulant vers Paris, un premier panneau annonce un « risque de bouchon ». La voie se rétrécit alors et toutes les voitures sont déviées vers l’aire de repos de Briance-Ligoure, au sud de Limoges.

Impossible de penser alors à un contrôle de gendarmerie. Mais en arrivant sur la bretelle, on aperçoit un, deux, puis trois gendarmes équipés de pistolets mitrailleurs HK UMP, portant des gilets pare-balles. A leurs côtés, des membres des douanes et du personnel de l’Urssaf.

De 15 heures à 17 h 30, tous les automobilistes sont déviés vers l’aire d’autoroute avant d’être aléatoirement “sélectionné”. Les uns partent sur la gauche et reprennent l’autoroute tandis que les autres subissent “la totale” : fouille du véhicule avec ouverture du coffre, recherches de stupéfiants avec le chien, alcootest, contrôle des papiers etc. « Ils ont ouvert les portes de mon camion et ont tout fouillé mais pour ma part, je trouve ça rassurant. C’est normal. Avec tout ce qu’il se passe en ce moment, je suppose qu’on ne peut qu’être d’accord », témoigne Julien Besson, 35 ans, salarié agricole.

Selon le lieutenant-colonel Médard et le capitaine Fievre, il s’agit d’un dispositif « en profondeur » ne s’arrêtant pas à l’A20 mais organisé sur les trois départements, Haute-Vienne, Corrèze (aire de Puy de Grâce) et Creuse ainsi qu’en Dordogne et dans l’Indre. « Sur l’autoroute, une quarantaine de militaires sont actionnés, ceux de l’escadron de la sécurité routière, des unités territoriales, des équipes cynophiles ainsi que l’hélicoptère de la gendarmerie. » Une mobilisation exceptionnelle qui n’a cependant pas permis de saisies spectaculaires.

« Je les snappe, je les snappe?! »

16 heures. Quatre jeunes gens d’Agen vêtus en jogging et sweat à capuche passent à l’inspection. On les fait descendre du véhicule et on lance le chien spécialiste des stupéfiants dans le coffre de leur voiture. Là encore, rien n’est découvert. Tout le monde est en règle.

L’un des jeunes gens saisit son téléphone portable et le pointe vers les gendarmes pour filmer la scène. « Je les snappe, je les snappe », sourit-il. Le “snappe” en question, référence à Snapchat, réseau social faisant fureur chez les jeunes consiste à tourner une vidéo éphémère. « Les contrôles ont bien changé », soupire un gendarme, à moitié étonné de cette pratique très tendance…

Bilan :

250 voitures ont été contrôlées et quelques grammes de stupéfiants découverts. 1.700 voitures ont été passées au fichier automatisé par les gendarmes pour vérifier s’il s’agissait de véhicules volés.

Source : Centre Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.