Figeac La brigade de gendarmerie des Carmes réhabilitée

Les élus figeacois s’engagent dans le projet de réhabilitation de la gendarmerie des Carmes à Figeac dans le Lot.

Prise de commandement du Lieutenant Dafonseca à la tête de la BTA de gendarmerie (archives).
Prise de commandement du Lieutenant Dafonseca à la tête de la BTA de gendarmerie (archives).

Lors du dernier conseil municipal (1er avril), le parlement communal devait se prononcer sur la conduite d’un projet d’extension et de restructuration partielle des locaux de la brigade territoriale autonome de gendarmerie.

Bernard Landes, 1er adjoint au maire, en expose les raisons : « les locaux, situés dans l’enceinte de la cité administrative des Carmes, place du 12 mai 1944, ne répondent plus aux normes nationales, tant en termes de sécurité que d’accessibilité et de conditions de travail des 21 gendarmes et 6 gradés que compte cette brigade ». Une étude de faisabilité de réaménagement de ces locaux, d’un montant de 6 000 euros, a été réalisée en concertation avec les occupants des lieux. Le projet qui en découle a été validé par le commandant du groupement de gendarmerie départementale du Lot, le lieutenant-colonel Pascal Palayer. Le montant de l’opération est estimé à 354 200 euros HT.

Le conseil municipal s’est engagé à assurer la maîtrise d’ouvrage de ce projet, entendu que celui-ci sera appelé à délibérer de nouveau sur son plan de financement et les aides pouvant être obtenues.

Bernard Prat, élu « Renouveau pour Figeac », s’interroge sur la valeur locative ; le loyer annuel étant de 25 324 euros pour la gendarmerie, et 11 249 euros pour le service de renseignements généraux (un loyer qui serait perdu). Ces derniers vont déménager pour intégrer les locaux de la sous-préfecture, laissant leur bureau à disposition de la gendarmerie. Le maire, André Mellinger, intervient : « Ce ne sera pas une bonne opération immobilière pour nous. Par contre, ceci nous permet d’assurer le maintien de la brigade en ville ».

Restauration des remparts

Dans l’ordre du jour, un autre sujet portait sur des investissements à venir, celui des travaux de restauration des remparts de la ville (côté sud), à des fins sécuritaires. Bernard Landes rappelle la démarche : « Suite à la réalisation d’un diagnostic architectural en 2014, par Axel Lettelier, architecte du patrimoine, la commune envisage un programme pluriannuel de restauration de la section sud de ces remparts, classés au titre des monuments historiques. Il s’agit de travaux nécessaires mais lourds. Un investissement programmé sur trois ans (2016 à 2018) d’un montant total de 900 860,72 euros HT est susceptible de bénéficier d’aides de l’État, de la Région, et du Département ».

Le conseil municipal approuve le programme de restauration et le plan de financement prévu pour cette opération.

Source : La Vie Quercynoise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.