Fermeture de la gendarmerie de Bénévent-l’Abbaye : le maire mécontent

La caserne de Bénévent-l'Abbaye vit ses derniers mois.
La caserne de Bénévent-l’Abbaye vit ses derniers mois. © Radio France – Audrey Tison

La gendarmerie de la Creuse explique qu’elle veut optimiser ses effectifs en les regroupant : les deux derniers gendarmes de la brigade seront transférés à Bourganeuf. Le colonel Daudrix assure que d’autres regroupements ne sont pas prévus, pas “dans l’immédiat”..

La caserne de Bénévent-l’Abbaye vit ses derniers mois. La brigade va fermer d’ici au premier août, à cette date les deux derniers gendarmes seront transférés à Bourganeuf. C’est une décision de la gendarmerie du Limousin qui souhaite réorganiser la communauté de brigades sur la zone Bénévent-Bourganeuf-Pontarion.

Une nouvelle qui ne plaît pas aux habitants de Bénévent, à commencer par le maire André Mavigner. D’après lui, s’il fallait supprimer une brigade c’était celle de Pontarion, pas celle de Bénévent qui a deux fois plus d’habitants. La commune a aussi plus d’infrastructures, notamment un collège, un supermarché et trois banques. Ces arguments, il les a défendus auprès du colonel responsable de la région Limousin, mais celui-ci a finalement tranché.

C’est une décision qui est complètement inique et irresponsable d’un individu basé à Limoges et qui a une méconnaissance de son territoire, estime le maire de Bénévent.

Réponse de la gendarmerie : cette fermeture répond à une logique d’efficacité. Le colonel Stéphane Daudrix, patron des gendarmes en Creuse, explique qu’il s’agit de regrouper les effectifs pour avoir davantage de marges de manoeuvre sur l’ensemble du territoire creusois. La logique est opérationnelle, pas budgétaire, affirme-t-il.

“On est plus forts quand on est regroupés”, explique le colonel Daudrix

Et le colonel le promet : cette fermeture n’en entraînera pas d’autres.

Pas d’autre fermeture dans l’immédiat. Tout est question d’équilibre, il est hors de question de regrouper à outrance et d’allonger les temps d’intervention, affirme le colonel Daudrix.

La hiérarchie insiste aussi sur le maintien du nombre total de 300 gendarmes en Creuse, sans compter la gendarmerie mobile basée à Guéret et la centaine de réservistes.

Dernier changement à signaler : les quatre gendarmes de la BMO (brigade motorisée) de Bourganeuf vont être redéployés, pour moitié à Guéret, pour l’autre à Aubusson. Là aussi pour rendre leur action plus efficace,  affirme la gendarmerie.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *