Enlèvement du petit Tizio : la mère prend la défense du père l’ayant kidnappé

La mère de 41 ans a affirmé ce vendredi 12 janvier que l’enlèvement de l’enfant était “un geste d’amour d’un père pour son fils”. Son avocate a précisé que l’incident “n’avait pas eu d’effet sur l’état de santé de Tizio”.

Hôpital Purpan à Toulouse.

“Un geste d’amour d’un père pour son fils”, c’est en ces termes qu’a réagi pour la première fois la mère du petit Tizio ce vendredi 12 janvier. Pour rappel, le bébé de 2 mois a été enlevé par son père le week-end dernier à l’Hôpital des enfants de Purpan à Toulouse (Haute-Garonne) où il se trouvait pour des soins urgents.

Il avait finalement été retrouvé dans l’Aude sain et sauf. S’exprimant accompagnée de son avocate Me Sara Khoury, cette mère de 41 ans s’est voulue compréhensive et a affirmé que l’enlèvement du père de l’enfant était “un geste d’amour d’un père pour son fils”. Son avocate, dont les propos sont rapportés par La Dépêche du Midi, a précisé que la mère était rassurée que “cet incident n’a pas eu d’effet sur l’état de santé de Tizio“.

Elle a lu un communiqué devant l’Hôpital des enfants où se trouve toujours actuellement le bébé et a tenu à rappeler que la mère de l’enfant lui rendait visite tous les deux jours. “La famille aspire à retrouver du calme pour accompagner au mieux Tizio dans son parcours de soins et laisser l’équipe de l’hôpital Purpan élaborer avec les parents un projet médical en toute sérénité”.

Mise en examen du père pour soustraction d’un mineur

Pour rappel, lundi 5 janvier au soir, le père du Tizio, âgé de 33 ans, avait enlevé son fils de sa chambre d’hôpital où le bébé recevait des soins à la suite de problèmes respiratoires à sa naissance en novembre. Il avait été retrouvé le lendemain soir à Belcaire, dans l’Aude, grâce à un gendarme au repos.

Il a repéré la voiture du père dont le signalement et l’immatriculation avaient été donnés dans l’alerte enlèvement déclenchée par le ministère de la JusticeLe père de Tizio a été mis en examen pour “soustraction d’un mineur par ascendant” et “privation de soins et d’aliments” tout comme son frère, âgé de 30 ans. L’oncle de l’enfant étant poursuivi pour complicité.

Source : RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *