En Haute-Normandie, Pôle emploi s’associe avec la gendarmerie nationale pour recruter des jeunes

Carrières. La gendarmerie nationale recrute. Ses offres seront désormais proposées aux jeunes qui souhaitent intégrer le service public

En Haute-Normandie, Pôle emploi s’associe avec la gendarmerie nationale pour recruter des jeunes
1/2

Les demandeurs d’emploi n’y pensent pas forcément, mais l’armée peut être la porte d’entrée d’une carrière dans le service public. Pour que l’information passe, auprès des jeunes en particulier, Pôle emploi s’associe en Haute-Normandie à la gendarmerie nationale, via une convention. Un partenariat a été signé en préfecture cette semaine par le colonel Bruno Goudaillier, commandant de la gendarmerie de Haute-Normandie et Hervé Baron, de la direction régionale de Haute-Normandie de Pôle emploi.

Citoyenneté et mérite

« La gendarmerie opère 10 000 recrutements par an au niveau national, a détaillé le colonel Goudailler, dont 6 000 gendarmes adjoints volontaires. Ces postes s’adressent aux jeunes en particulier et ne nécessitent aucun seuil diplômant. Le but de cette association est de faire corréler nos demandes avec les attentes d’un public qui ne serait peut-être pas venu à nous naturellement. » Hervé Baron, pour Pôle emploi, se félicite « de la formalisation d’une collaboration qui existe depuis plusieurs années. Elle a débuté en 2012 avec l’accompagnement des anciens militaires à retrouver un emploi dans le civil. Ce dispositif est donc la suite logique de l’engagement de nos services. »

« Tout le monde peut y accéder, a pour sa part souligné le sous-préfet Jean-Marc Magda. « C’est un mode opératoire choisi par le gouvernement pour donner accès à la fonction publique et qui, en plus, met en exergue la notion de citoyenneté et de mérite. » Nicolas, 21 ans, d’Elbeuf, et Erwan, 24 ans, de Rouen, ont été les deux premiers à signer leur engagement de cinq ans dans la gendarmerie. Loin d’être une option de « pis-aller », ce contrat signé a été le fruit d’une mûre réflexion. « J’ai un CAP de maçonnerie » raconte Nicolas, « mais j’ai toujours été attiré par le fait de rendre service, d’être utile à la société. Je me suis renseigné, longuement, entre police ou gendarmerie et j’ai été convaincu par les perspectives en optant pour cette dernière ». Pour Erwan, « ce sont les conditions d’entrée qui [l’]ont fait réfléchir et prendre [son] temps ». « Je voulais être convaincu de servir à quelque chose. Je suis allé voir à l’étranger puis revenu, je pense que j’ai fait le bon choix ».

Source : Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.