École de gendarmerie. Musique et aéronautique pour affectation

De telles affectations ne se produisent que très rarement. Terry Bonomo est...

De telles affectations ne se produisent que très rarement. Terry Bonomo est nommé mécanicien à bord d’hélicoptères et Baptiste Ioos pourra faire carrière à la fameuse Musique de la Garde Républicaine.

Châteaulin École de gendarmerie. Musique et aéronautique pour affectation 1 juillet 2015 / L. L. / De telles affectations ne se produisent que très rarement. Terry Bonomo est… De telles affectations ne se produisent que très rarement. Terry Bonomo est nommé mécanicien à bord d’hélicoptères et Baptiste Ioos pourra faire carrière à la fameuse Musique de la Garde Républicaine. Demain, après neuf mois de formation, la 5e compagnie sort de l’école. Parmi elle, deux élèves gendarmes viennent d’être affectés dans des unités très spécialisées. L’un va (ré)intégrer la Musique de la Garde Républicaine et l’autre devient mécanicien de bord sur hélicoptères. « C’est assez exceptionnel d’intégrer des unités de gendarmerie spécialisées, directement au sortir de l’école ». Officier de communication, le capitaine Guerra précise que cela a été rendu possible « grâce aux diplômes que les élèves avaient obtenus auparavant ». Dans l’aéronautique pour l’un, dans la musique pour l’autre. Ainsi, l’élève gendarme Terry Bonomo, 30 ans, a fait neuf ans dans l’armée de l’air. « En 2005, je suis rentré à l’École nationale des sous-officiers d’active, à Saint-Maixent ». Originaire de Blois, le militaire en sortira sergent à l’issue des huit mois de formation. « Après avoir passé tous les diplômes de ma spécialité, j’ai eu envie de changer de mission ». Avec une idée en tête : intégrer le Commandement des forces aériennes de la gendarmerie, à Orléans, pour être mécanicien de bord sur hélicoptère. 450 gendarmes dans l’aéronautique Dans les aéronefs de la gendarmerie, il y a toujours un pilote et un mécanicien. « Au sol, nous assurons la maintenance des appareils et en vol, nous gérons les équipements, le treuil, la caméra… Cela dépend des missions ». Celles-ci sont nombreuses : secours, surveillance, recherche de personnes… « À Orléans, nous effectuons les réparations importantes. Mais nous pouvons très bien être affectés dans l’une des sections aéronautiques, réparties sur tout le territoire national. Au total, nous sommes 450 gendarmes ». Le 13 juillet, « après une semaine de perm », Terry Bonomo devra être à Orléans. Tandis que Baptiste Ioos, 22 ans, retournera à Paris. Depuis 2011, il sert en tant que gendarme adjoint volontaire (GAV) au sein de la prestigieuse Musique de la Garde Républicaine. « J’y suis entré le 21 juin, jour de la Fête de la musique », sourit-il. Mais les contrats de GAV ne durent que cinq ans. « Pour y rester, je devais donc devenir sous-officier ». Depuis l’âge de sept ans, Baptiste Ioos joue du trombone. « J’ai commencé à Bray-Dunes, ma commune d’origine, dans le Nord. J’ai eu la chance d’avoir un beau-père prof de trombone et militaire, qui jouait dans la musique du 43e RI de Lille ». La reine d’Angleterre et Barack Obama Il suivra ensuite un cursus d’excellence : conservatoire de Lille où il obtient le diplôme d’orientation professionnelle, l’équivalent de la médaille d’or. Il passe aussi des « perfectionnements », au conservatoire de Paris puis à celui de Boulogne-Billancourt et échoue, à une marche près, aux conservatoires supérieurs de Paris et Lyon. Tout cela tout en jouant au sein de la Musique de la Garde Républicaine. Baptiste Ioos y a notamment accompagné la venue de la reine d’Angleterre ou encore celle de Barack Obama. Demain, la Musique de la Garde sera sur la place d’arme. « À moins qu’un chef d’État ne débarque en France à l’improviste ». Croisons les doigts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.