École de gendarmerie : oui, mais on y met quoi ?

La caserne de Lâage va être rachetée par la Ville. Mais pour y faire quoi ? Des châtelleraudais rencontrés dans la rue ont des idées…

C’était LA nouvelle du dernier conseil municipal de Châtellerault : la Ville va racheter en fin d’année l’école de gendarmerie à l’État pour 1,18 million d’euros.

La fantomatique caserne de Lâage, à l’abandon depuis sa fermeture en septembre 2009, va enfin pouvoir entamer sa mue. Sauf que le maire, tout fier qu’il est d’avoir d’annoncer jeudi en conseil municipal le rachat de ce site exsangue, ne sait pas trop quoi en faire (*). Sachant que réaménager dans l’ancien, remettre aux normes des bâtiments de configuration et de conception obsolètes, ça coûte cher. Très cher.
Du coup, le premier magistrat lance l’idée d’un « concours d’idées » auprès de la population. En clair, les Châtelleraudais seront invités à faire part de leurs propositions de reconversion de ce mastodonte de 3,84 ha désaffecté et colonisé par les herbes hautes.
A la rédaction, nous avons donc décidé d’anticiper l’idée du maire et de donner la parole à quelques Châtelleraudais à travers un micro-trottoir.

(*) En 2011, il avait pensé à une résidence services seniors, une cinquantaine de logements, des locaux associatifs…

il a dit

Michel Guérin : ” Acheter c’est bien mais l’essentiel sera le projet “

Michel Guérin en a rêvé, Jean-Pierre Abelin l’a fait. Pendant la campagne des municipales, l’élu PS d’opposition avait fait de la reconversion de l’école de gendarmerie son projet phare. Et pas de bol, jeudi, quand le maire a annoncé le rachat de l’école, il était absent de la séance du conseil municipal ! Il prend du coup sa plume pour réagir.
« Nous ne pouvons que nous réjouir de la décision de la municipalité d’acheter le site de l’école de gendarmerie. C’est une idée que nous avons activement portée en 2014 avec un projet dédié à la for- mation et à l’industrie pour l’avenir de nos emplois et de notre ville. »
Il s’en félicite, non sans quelques piques : « M. Abelin et son équipe nous traitaient de doux rêveurs, voire de menteurs, lorsque nous affirmions pouvoir obtenir le site de l’école de gendarmerie pour 1 million d’euros environ. Ils préféraient rester sur le chiffrage initial de l’État, soit 4 millions d’euros, ce qui leur permettait sans doute de ne pas avoir à travailler sur un projet crédible. » Il enfonce le clou : « Malgré ce constat évident, M. Abelin n’a pas reconnu son erreur en faisant l’annonce de ce rachat. »
Il émet quelques doutes, critiquant l’absence de projet structurant pour l’école : « Quoi qu’il en soit, cette décision est une bonne chose pour Châtellerault et il est désormais urgent de passer au projet. Or, Jean-Pierre Abelin ne semble pas avoir beaucoup avancé depuis 2011. Il a d’ailleurs présenté au conseil municipal une carte du site regroupant Pôle emploi, un call center, une résidence seniors et des activités et équipements (sans plus de détails), ensemble peu cohérent et en total décalage avec la réalité. »
Michel Guérin applaudit l’idée du maire de lancer un « concours d’idées » auprès de la population : « En l’absence de projet de la municipalité, nous saluons toutefois l’initiative d’un “ concours d’idées ” car c’est bien avec les citoyens et les forces vives de notre ville qu’il faut construire ce projet, celui d’un éco-quartier dynamique. Il sera difficile à concrétiser mais le défi vaut la peine d’être relevé. »
L’élu PS défend « la nécessité de cohérence pour un projet équilibré entre emploi et lieux de vie construit autour des entreprises et de la formation ». Il espère être associé à la réflexion (« Nous sommes prêts à participer à la boîte à idées »), allant même jusqu’à proposer au maire de « s’inspirer » de son projet 2014.Ce serait « un très bon point de départ pour consulter les Châtelleraudais ».

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *