Des restrictions budgétaires pour 2014 synonymes de perte de pouvoir d’achat pour les policiers et les gendarmes

Question écrite n° 08663 de M. Bruno Gilles (Bouches-du-Rhône – UMP) publiée dans le JO Sénat du 17/10/2013 – page 3007

M. Bruno Gilles appelle l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les restrictions budgétaires programmées pour 2014 concernant les élèves policiers et gendarmes, les gradés et gardiens de la paix de la police nationale ainsi que les sous-officiers de la gendarmerie nationale.

C’est ainsi que l’indemnité de sujétions spéciales de police (ISSP) des élèves gardiens de la paix et élèves gendarmes passerait de 26 à 12 % du traitement mensuel brut, provoquant une baisse de salaire de l’ordre de 200 euros mensuels. Or ces élèves sont, pendant leur formation, à travers leurs stages, confrontés aux difficultés du terrain liées à la montée de la violence dans notre pays. Par ailleurs, le paiement des points catégorie B encore dus aux gradés et gardiens de la paix ainsi qu’aux sous-officiers de la gendarmerie reculerait de neuf mois après avoir subi un retard de six mois en 2013.

Il lui demande si ces restrictions voulues par le ministère des finances pour des motifs économiques ne risquent pas de démotiver les forces de police et de gendarmerie dans une période où la hausse des violences rend l’exercice de leur mission de plus en plus risqué, comme le rappelle l’actualité.

Réponse du Ministère de l’intérieur publiée dans le JO Sénat du 13/02/2014 – page 415

Source : ADEFDROMIL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.