Convoquée, elle arrive ivre, en voiture, à la gendarmerie

«Prendre le volant dans cet état, c’est être un danger pour les autres», rappelle la présidente Rivière à Laurence, en comparutions immédiates. Cette femme de 40 ans est poursuivie pour avoir roulé avec 2,40 g d’alcool dans le sang, le 20 décembre dernier, à Villeneuve-Tolosane. Elle comparait libre. Si le taux d’alcool est important, sa destination reste pour le moins inopportune. Elle se rendait à la gendarmerie pour être entendue dans le cadre d’une autre affaire !

Son permis lui a été retiré le jour même. La présidente évoque un problème d’alcool. «Je suis sobre depuis plus d’un an mais j’ai eu une séparation difficile. Je me suis alcoolisée mais uniquement ce jour-là», déclare la prévenue, en pleurs à la barre. Le procureur s’inquiète : «Ces faits interrogent au regard de la récidive. Qui plus est, madame est enseignante. Elle doit avoir conscience de la gravité des faits». Il requiert trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve afin qu’elle continue les soins déjà mis en place. Son avocate, Me Béatrice Bénazet fait état d’une «véritable dépression alcoolique compte tenu d’une situation personnelle compliquée». Elle ajoute : «D’ailleurs, elle pouvait difficilement faire pire pour se faire attraper» ! Le tribunal l’a condamnée à trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Elle a également l’interdiction de repasser le permis pendant six mois.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.