Confinement. Ils contrôlaient les attestations pour voler, de « faux policiers » jugés en juin

Quatre Iraniens, qui se faisaient passer pour des policiers et prétextaient des contrôles d’attestations de déplacement pour voler des automobilistes en région parisienne, seront jugés en juin à Meaux (Seine-et-Marne).

Les faux policiers faisaient croire qu’ils contrôlaient les attestations de déplacement pour voler leurs victimes. (photo d’illustration)
Les faux policiers faisaient croire qu’ils contrôlaient les attestations de déplacement pour voler leurs victimes. (photo d’illustration) | JOËL LE GALL/OUEST-FRANCE
Trois hommes et une femme, âgés d’une trentaine d’années, d’origine iranienne, devaient être jugés ce lundi 4 mai 2020, en comparution immédiate pour vol en réunion et par fausse qualité.
Ils se faisaient passer pour des policiers et prétextaient des contrôles d’attestations de déplacement pour voler des automobilistes en région parisienne.

Ils ont demandé un délai pour préparer leur défense, a expliqué Laureline Peyrefitte, procureur de Meaux (Seine-et-Marne). Leur procès a été renvoyé au 19 juin, a précisé la procureure. Ils ont été maintenus en détention provisoire dans l’attente, a-t-elle ajouté.

Ils avaient été interpellés jeudi 30 avril en Seine-Saint-Denis par les enquêteurs de la Sûreté départementale de Seine-et-Marne.

La plainte d’un routier polonais

L’affaire remonte au 7 avril avec la plainte déposée par un chauffeur routier polonais. Il avait été arrêté en Seine-et-Marne par des hommes qui disaient être policiers, masque chirurgical sur le visage, cartes et insignes à l’appui. Après le contrôle et la fouille de son véhicule, le conducteur s’était rendu compte que 1 500 € lui avaient été dérobés.

Les enquêteurs avaient fait le parallèle avec un autre vol dans le Val-d’Oise et avaient repéré le véhicule des faux policiers grâce à la vidéosurveillance.

12 000 €, des montres de luxe, des bijoux

Au domicile des voleurs présumés à Saint-Denis, les enquêteurs avaient découvert 12 000 €, des montres de luxe, des bijoux. Ils avaient aussi mis la main sur un document établissant une comptabilité de plus de 40 000 €, certainement relative à ces vols.

Parmi les malfaiteurs présumés, deux sont connus en Belgique, en Suisse et en Allemagne pour des faits de vol.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.