Cette société bretonne qui blinde des véhicules pour le GIGN

Les militaires du GIGN avec le Fortress Intervention.

Les militaires du GIGN avec le Fortress Intervention. | GIGN

Centigon, le spécialiste du blindage automobile, installé à Lamballe (Côtes-d’Armor), vient de livrer une série d’une dizaine de véhicules blindés pour les forces spéciales de la gendarmerie.

C’est une série « de plus de 10 véhicules blindés pour le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) et ses six antennes », précise Centigon, l’expert du blindage automobile qui emploie 160 salariés, à Lamballe (Côtes-d’Armor). La remise des clés de ce 4×4 blindé, le Fortress Intervention, a eu lieu la semaine dernière, à la caserne Pasquier de Satory, quartier essentiellement militaire de Versailles.

Lutte contre le terrorisme

Cette flotte de véhicules est destinée « aux forces spéciales et aux unités d’intervention spécialisées dans les opérations de lutte contre le terrorisme et de maintien de l’ordre en Europe, comme en opérations extérieures ». Le 4×4 est dimensionné « pour recevoir une équipe d’intervention de six hommes, dont quatre en zone arrière ».

Il offre « un blindage de niveau militaire et peut résister aux différentes munitions de fusils d’assaut et aux explosions ». De plus, il est équipé « d’un ensemble de systèmes de sécurité dont une large trappe de riposte au pavillon, des run flat (affaissement limité) permettant de rouler avec un pneu crevé ».

Le colonel Laurent Phélip, à la tête du GIGN, reçoit les clés de Franck Baucher, PDG de Centigon France.
Le colonel Laurent Phélip, à la tête du GIGN, reçoit les clés de Franck Baucher, PDG de Centigon France. | GIGN

Ce type d’équipement est « important dans le dispositif de lutte contre le terrorisme et plus particulièrement dans le contexte actuel », souligne le colonel Laurent Phélip, commandant le GIGN, en saluant « le savoir-faire de PME françaises dans le domaine de la défense et de la sécurité ».

En cinq ans, Centigon, leader sur son marché en Europe, Afrique et Moyen-Orient, a livré plus d’un millier de véhicules blindés (civils et militaires, transport de fonds).

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.