Un 2e faucheur volontaire lotois convoqué à la gendarmerie de Livernon

Rémy Pesant se rendant à la convocation de la Justice, au côté de Jérôme Sales, en février./Photo DDM archives
Rémy Pesant se rendant à la convocation de la Justice, au côté de Jérôme Sales, en février./Photo DDM archives
 

Ce mercredi, une manifestation de soutien pour deux faucheurs volontaires lotois est organisée devant la gendarmerie de Livernon.
« Elle débutera par un pique-nique partagé où chacun sera le bienvenu, seul, avec ses amis ou en famille. Puis vers 14 heures, nous ferons une joyeuse haie d’honneur pour Jérôme Sales qui est convoqué à son tour à la gendarmerie », explique Rémy Pesant.
Les deux hommes auront ainsi été convoqués tour à tour, par la Justice comme cela semble être le cas pour les 67 faucheurs qui ont participé avec eux à l’arrachage le 28 novembre 2016 de deux parcelles d’essai de colza considéré comme OGM, des variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH) , en Bourgogne. Un 3e Lotois était aussi à l’action ce jour-là.
Rémy Pesant lui avait été convoqué à la brigade de Figeac, en février. « Nous avions lors de cet arrachage tous inscrit nos identités sur une feuille que nous avions remise aux forces de l’ordre. Nous sommes des lanceurs d’alerte face à des industries semencières qui continuent de passer en force aux mépris du bien commun, et avec la complicité des pouvoirs publics. Nous revendiquons cette action quand il ne nous reste plus que la désobéissance civile pour agir», font savoir tous les Faucheurs volontaires présents lors de cette opération de Dijon.

« Ce rassemblement pour Jérôme Sales c’est aussi l’occasion de manifester son opposition aux OGM, au brevetage du vivant, à la mutagenèse non soumise à des évaluations, à la traçabilité et à l’étiquetage, etc. Le nouveau gouvernement doit prendre position et agir pour que ces nouveaux OGM cachés soient soumis au principe de précaution », prévient Rémy Pesant qui espère que les Lotois viendront nombreux soutenir leur combat et cette cause.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.