Centrale nucléaire de Zaporijia : L’ONU confirme la tentative de sabotage ukrainienne et remercie la Russie

par Francesca de Villasmundo.

Le danger nucléaire affectant la centrale d’Energodar (Zaporijia), sous bombardements constants, reste un enjeu fondamental, même si l’urgence d’un éventuel danger d’explosion tend à être mis de côté.

Energodar et la centrale nucléaire de Zaporijia sont sous contrôle russe depuis début mars. En août, le site nucléaire a été la cible d’attaques régulières d’artillerie et de drones, que Moscou et Kiev se sont mutuellement imputées. Les responsables ukrainiens ont également affirmé que l’armée russe utilisait l’usine comme base militaire, y stationnant des armes lourdes. Moscou a nié les accusations, affirmant qu’il n’y avait que des gardes légèrement armés pour défendre l’installation.

Moscou a appelé à une visite de l’AIEA à Zaporijia, la plus grande centrale nucléaire d’Europe, depuis juin, mais l’insistance de l’Ukraine pour que la mission passe par Kiev pour défendre la souveraineté ukrainienne a contribué à retarder la mission jusqu’à cette semaine.

La mission de l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, demandée depuis des semaines par la partie russe, a eu lieu hier 1er septembre. Les cadres de l’Agence internationale de l’énergie atomique se sont rendus à l’intérieur de la centrale, où une visite complète était prévue pendant au moins deux jours. Le chef de mission Rafael Grossi, PDG de l’organisation, qui est arrivé sur place a terminé l’inspection en seulement deux heures :

« Aujourd’hui, nous avons pu recueillir beaucoup d’informations – a-t-il déclaré – j’ai vu les choses essentielles que je voulais voir ».

Les techniciens ont tiré des conclusions sur la centrale nucléaire de Zaporijia en quelques heures, une décision qui a suscité des réactions tant du côté de Kiev que de Moscou.

Malgré cela, Grossi a déclaré que certains représentants de son équipe resteraient sur place quelques jours. Au cours de la visite, comme le montrent certaines vidéos circulant sur le web depuis hier, le numéro un de l’AIEA a eu l’occasion de s’entretenir avec le sous-chef de Rosatom, qui, lui montrant un missile tombé à seulement 29 mètres d’un réacteur, il a précisé :

« Si les bombardements ukrainiens ne cessent pas, tant la Russie que l’Ukraine et l’Europe seront au bord d’une tragédie colossale ».

Une invitation, donc, à une vision de la sécurité globale qui – pour la protection des peuples européens – devrait pouvoir dépasser la dichotomie purement guerrière dans une action objective et impartiale.

Message reçu seulement partiellement, apparemment, et les déclarations de Grossi le démontrent une fois de plus : accidents nucléaire

« L’objectif de l’Agence internationale de l’énergie atomique est de protéger la centrale nucléaire de Zaporijia des risques d’accidents, a souligné le directeur général, il faut tout mettre en œuvre pour parvenir à un accord entre les parties garantissant la sécurité de l’usine. Les inspecteurs visiteront toutes les usines relatives à la production d’énergie et à la sécurité contre les fuites radioactives et s’assureront du respect de la réglementation ».

Concernant le déroulement de la mission : elle a été retardée à un point de contrôle ukrainien hier jeudi matin avant de pouvoir entrer dans la centrale. Or juste avant leur visite, l’artillerie ukrainienne a visé la ville d’Energodar et la centrale nucléaire de Zaporijia elle-même, tandis qu’un groupe de commandos a traversé le réservoir de Kakhovka en bateau et a tenté de prendre d’assaut l’installation, a déclaré le ministère russe de la Défense.

Le groupe d’assaut initial et les renforts qui ont suivi ont été anéantis par la Garde nationale et les hélicoptères de combat, a déclaré l’armée russe. Leur objectif, selon Moscou, était de s’emparer de la centrale électrique détenue par les Russes et d’utiliser le personnel de l’AIEA comme « boucliers humains » pour garder le contrôle de l’établissement.

Venant contredire la partialité de Grossi, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU Stéphane Dujarric a reconnu devant les journalistes en conférence de presse cette tentative de sabotage ukrainienne consistant à prendre possession de la centrale et à se servir de la mission de l’AIEA comme bouclier humain, et a remercié la Fédération de Russie d’avoir assuré la sécurité des inspecteurs.

source : Medias Presse

Source : Reseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.