Brionne Eure. L’ADN parle 23 mois plus tard. Un cambrioleur retrouvé…en prison

Un cambriolage résolu… deux ans plus tard, en Normandie, grâce à l’ADN. L’affaire remonte à juillet 2014, à Brionne (Eure). Récit.

Les traces relevées en 2014 ont parlé. (Photo : Gendarmerie)
Les traces relevées en 2014 ont parlé. (Photo : Gendarmerie)

 

23 mois. C’est le temps qu’il aura fallu aux gendarmes pour parvenir à identifier l’auteur d’un cambriolage commis en juillet 2014, à Brionne, dans l’Eure. À l’époque, les Techniciens en identification criminelle (TIC) avaient procédé à des constatations de police technique et scientifique, notamment des prélèvements d’ADN. « Près de deux ans plus tard, les enquêteurs sont avertis d’un “Hit positif” au fichier nationale des empreintes génétiques. Les traces relevées en 2014 ont parlé », se réjouissent, mi-juin 2016, les militaires.
Identifié, l’auteur présumé du cambriolage était déjà en prison pour d’autres faits. Il a été extrait de sa cellule et placé en garde à vue à la gendarmerie. Mineur au moment des faits, il a finalement été mis en examen par le juge des enfants …et reconduit en prison.

Source : Normandie Actu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.