Blackout de l’Ivermectine en Inde : Le secret enfin dévoilé

Expérience de l’Uttar Pradesh qui comme tous les essais de traitements alternatifs semble en contradiction avec la thèse du Dr David Martin sur l’inexistence du coronavirus jamais isolé. Si ce n’est pas le coronavirus qui faisait ces dégâts en Inde quel était le “poison” responsable ?
Cette contradiction ou impossibilité devra être tranchée pour rendre sa crédibilité à une parole vraiment scientifique une bonne fois pour toute, sans la moindre suspicion de conflits d’intérêts.

Le 7 mai 2021, au plus fort de la flambée du variant delta indien, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré : « L’Uttar Pradesh (fait) le dernier pas pour enrayer le COVID-19 ».

L’OMS a noté que « les équipes gouvernementales traversent 97 941 villages dans 75 districts en cinq jours dans le cadre de cette activité qui a débuté le 5 mai dans l’État le plus peuplé de l’Inde, qui compte 230 millions d’habitants ».

L’activité comprend un programme agressif de test et de traitement de porte à porte avec des kits de médicaments.

L’OMS explique : « Chaque équipe de surveillance est composée de deux membres qui se rendent dans les maisons des villages et des hameaux éloignés pour tester toutes les personnes présentant des symptômes du COVID-19 à l’aide de kits de test rapide antigéniques. Les personnes dont le test est positif sont rapidement isolées et reçoivent un kit de médicaments accompagné de conseils sur la gestion de la maladie ».

Les médicaments composant le kit n’ont pas été identifiés dans le cadre du black-out des médias occidentaux à l’époque. En conséquence, leur contenu était aussi secret que la sauce chez McDonald’s.

L’OMS poursuit : « Le jour de l’inauguration, les agents de terrain de l’OMS ont surveillé plus de 2 000 équipes gouvernementales et visité au moins 10 000 foyers ».

Ce reportage a été publié sur le site Web officiel de l’OMS en Inde. Ce site détaille le travail de l’OMS contre le COVID-19 en Inde, y compris une discussion sur son « Cours en ligne pour les équipes de réponse rapide ».

Ces équipes sont les équipes gouvernementales dont il a été question plus haut et qui ont été chargées de mener le programme de test et de traitement à domicile dans l’Uttar Pradesh. En discutant du rôle de l’équipe de réponse rapide (RRT), le site de l’OMS rapporte,

« L’OMS a produit et publié ce cours à l’intention des équipes d’intervention rapide travaillant aux niveaux national, sous-national, du district et du sous-district pour renforcer la réponse à la pandémie, avec le soutien du Centre national de contrôle des maladies, du ministère de la Santé et du Bien-être familial, du gouvernement indien et des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Les équipes d’intervention rapide bénéficient du soutien des CDC des États-Unis, sous l’égide de l’OMS. Ce fait valide encore plus le programme de test et de traitement de l’Uttar Pradesh et confirme qu’il s’agit d’un effort conjoint de l’OMS et des CDC.

La partie la plus révélatrice de l’article de l’OMS est peut-être la dernière phrase : « L’OMS aidera également le gouvernement de l’Uttar Pradesh à compiler les rapports définitifs ».

Aucun n’a encore été publié.

Cinq semaines plus tard, le 14 juin 2021, les nouveaux cas avaient chuté de 97,1 % et le programme de l’Uttar Pradesh a été salué comme un succès retentissant.

Selon ZeeNews of India, « la stratégie de dépistage, de test et de traitement donne des résultats ».

« L’État dirigé par Yogi a également enregistré une forte baisse du nombre de cas actifs de COVID, qui est passé de 310 783 en avril à 8 986 aujourd’hui, soit une réduction remarquable de 97,10 % ».

Le 2 juillet 2021, trois semaines plus tard, le nombre de cas avait diminué de 99 %.

Le 6 août 2021, le black-out médiatique de l’Inde sur l’Ivermectine a pris fin avec les reportages des grands médias. Les médias occidentaux, y compris les grands médias, ont finalement reconnu ce que contenaient ces trousses à pharmacie de l’Uttar Pradesh. Parmi les médicaments, il y avait de la Doxycycline et de l’Ivermectine.

Le 25 août 2021, les médias indiens ont remarqué l’écart entre le succès massif de l’Uttar Pradesh et l’échec comparatif d’autres États, comme le Kerala. Bien que l’Uttar Pradesh n’ait été vacciné qu’à 5 % contre 20 % pour le Kerala, l’Uttar Pradesh n’a enregistré (que) 22 nouveaux cas de COVID, alors que le Kerala a été submergé par 31 445 cas en une journée. Il est donc devenu évident que le contenu de ces kits de traitement devait être très efficace.

News18 a rapporté : « Regardons le tableau contrasté. Le Kerala, avec ses 3,5 crore habitants – soit 35 millions de personnes – a signalé le 25 août 31 445 nouveaux cas, soit la majeure partie du total des cas signalés dans le pays. L’Uttar Pradesh, le plus grand État du pays avec une population de près de 24 millions d’habitants, soit 240 millions de personnes, n’a signalé que 22 cas au cours de la même période.

Il y a deux jours, seulement sept nouveaux cas positifs ont été signalés en Uttar Pradesh. Le Kerala a signalé 215 décès le 25 août, tandis que l’Uttar Pradesh n’a signalé que deux décèsEn fait, aucun décès n’a été signalé dans l’Uttar Pradesh ces derniers jours. Il n’y a plus que 345 cas actifs dans l’Uttar Pradesh, alors que le chiffre du Kerala est de 1,7 lakh – ou 170 000 ».

« Le Kerala a fait un bien meilleur travail en matière de couverture vaccinale avec 56% de sa population vaccinée avec une dose et 20% de la population entièrement vaccinée avec un total de 2,66 crore – ou 26,6 millions – de doses administrées ».

L’Uttar Pradesh a administré plus de 6,5 crore – ou 65 millions – de doses, soit le maximum du pays, mais seulement 25 % des personnes ont reçu leur première dose et moins de 5 % des personnes sont complètement vaccinées. Au vu des chiffres actuels du COVID, l’Uttar Pradesh semble être en train de détrôner le Kerala pour l’étiquette du modèle le plus réussi contre le COVID ».

Cet auteur a passé en revue les raisons de l’échec du modèle de traitement du Kerala dans deux articles, « La leçon du Kerala » et « La vague de vaccination du Kerala ».

Le 12 septembre 2021, Livemint a rapporté que 34 districts avaient été déclarés exempts de COVID ou ne comptaient aucun cas actif. Seuls 14 nouveaux cas ont été enregistrés dans l’ensemble de l’État d’Uttar Pradesh.

Le 22 septembre 2021, YouTube a hébergé une vidéo du Dr John Campbell, blogueur scientifique populaire, détaillant la réussite de l’Uttar Pradesh. Il a donné la liste des ingrédients et des dosages du kit de traitement magique à domicile qui a permis d’éradiquer le COVID dans l’Uttar Pradesh. Ce même kit a également été utilisé dans l’État de Goa.

Sur YouTube, le Dr John Campbell a révélé la formule de la sauce secrète de l’Ivermectin, au grand dam de Big Pharma, de l’OMS et des CDC. Les lecteurs voudront regarder cette vidéo avant qu’elle ne soit retirée. Voir vers 2:22.

Chaque kit domestique contenait les éléments suivants : Comprimés de paracétamol [tylenol], Vitamine C, Multivitamine, Zinc, Vitamine D3, Ivermectin 12 mg [quantité #10 comprimés], Doxycycline 100 mg [quantité #10 comprimés]. Les autres composants non médicaux comprenaient des masques faciaux, du désinfectant, des gants et des lingettes alcoolisées, un thermomètre numérique et un oxymètre de pouls. Voir vers 2:33.

Campbell rapporte que les éléments du kit qui ont retenu son attention sont : Le zinc, la vitamine D3, l’ivermectine et un traitement antibiotique secondaire. « Intéressant, c’est ce que le gouvernement a décidé de donner ». Voir vers 3:40

John Campbell a déjà examiné des médicaments reconvertis pour le COVID. Il a interviewé le Dr Tess Lawrie et le Dr Pierre Kory. Les médicaments reproposés ont le potentiel de bénéficier à de nombreuses conditions, dont les virus et les cancers ne sont pas les moindres.

Le Dr Campbell a noté qu’il n’y avait pas eu de cas récents dans 59 districts de l’Uttar Pradesh. En outre, sur les 191 446 tests effectués au cours des 24 heures précédentes, seuls 33 échantillons étaient positifs, soit un taux de positivité de seulement 0,01 %. Le Dr Campbell a qualifié ce faible chiffre de « stupéfiant ». Voir vers 5:05.

En septembre, les cas avaient chuté de façon spectaculaire. Sur l’ensemble de l’État, qui compte plus de 200 millions d’habitants, il ne restait que 187 cas actifs, alors que le pic d’avril était de 310 783 cas. Voir vers 5:41.

Le Dr Campbell attribue ce succès à de nombreux facteurs, dont la détection et le traitement précoces, les kits ne coûtant que 2,65 dollars par personne. Voir vers 6:20.

Remarquez que le Dr. Campbell ne mentionne pas une seule personne qui a été intoxiquée par ces dix pilules de 12 mg d’Ivermectine – dans tout l’état de plus de 200 millions d’habitants. Pas un seul empoisonnement n’a été signalé. Aucun article du centre antipoison indien ni aucun appel téléphonique n’ont été signalés. Sur les millions de kits de médicaments distribués, chacun contenant 120 mg d’Ivermectine, pas une seule personne dans l’Uttar Pradesh n’a été signalée comme ayant eu un problème avec le médicament.

Remarquez que le Dr Campbell ne critique à aucun moment le kit de médicaments comme étant « marginal » ou inefficace. Après tout, il serait inapproprié d’accuser un programme parrainé par l’OMS comme le test et le traitement de l’Uttar Pradesh – coordonné par l’OMS – d’être « marginal ».

Contrairement au peu que nous recevons – à grands frais – du gouvernement des États-Unis, ces kits sont efficaces et contiennent des gants, un thermomètre et un oxymètre. La dernière fois que j’ai acheté un oxymètre, il y a une dizaine d’années, il coûtait environ 200 $. Ce kit complet – y compris l’oxymètre – ne coûte que 2,65 $.

Et remarquez qu’un gouvernement peut acheter plus de mille kits de traitement à domicile contenant de l’Ivermectine pour le prix d’un cours de Remdesivir. Le Remdesivir coûte 3 100 dollars, et c’est un médicament peu pratique car il doit être administré à un stade avancé de la maladie, pendant l’hospitalisation. De plus, c’est un médicament qui ne sauve pas de vies.

En revanche, les kits d’Ivermectine sont fortement corrélés à l’élimination du COVID-19 en Uttar Pradesh. En effet, avec moins de 11 % de sa population complètement vaccinée, le modèle de test et de traitement de l’Uttar Pradesh est supérieur non seulement à celui du Kerala, dont le pourcentage de vaccination est beaucoup plus élevé. L’Uttar Pradesh devance le Royaume-Uni, les États-Unis et presque tous les autres pays du monde en termes de nombre de cas actifs de COVID.

Plutôt que de fermer les yeux sur l’Uttar Pradesh, il est peut-être temps d’analyser son succès. Il est temps que tout le monde se rende compte que, loin d’être dangereuse, l’ivermectine est plus sûre que le désinfectant pour les mains ou le simple Tylenol, à en juger par le nombre d’appels au centre antipoison des États-Unis.

C’est précisément le moment de souligner que les docteurs George Fareed, Peter McCullough et Harvey Risch avaient raison dans leur témoignage au Sénat américain le 19 novembre 2020. Ils ont indiqué que le traitement ambulatoire précoce était essentiel et qu’il permettrait de sauver des centaines de milliers de vies américaines s’il était adopté. Cela n’a pas été le cas.

C’est maintenant le bon moment pour remarquer l’assaut des articles du contrôle des poisons des États-Unis qui tentent de dénigrer l’Ivermectine, un médicament dont l’innocuité et l’efficacité ont été prouvées dans le programme de test et de traitement de l’Uttar Pradesh administré sous les auspices de l’OMS et des CDC.

Il convient de rappeler au lecteur que l’OMS et les CDC ont une connaissance directe et récente de l’utilisation de l’Ivermectine pour le COVID-19 en Inde. En outre, ils connaissent mieux que quiconque l’efficacité colossale et l’innocuité écrasante de l’Ivermectine utilisée dans ces millions de kits de test et de traitement de l’Uttar Pradesh.

Il est peut-être aussi temps de se demander pourquoi exactement la méta-analyse du Dr Tess Lawrie, évaluée par des pairs, a reçu un score Altimetric de 26 697, ce qui la place au huitième rang sur quelque 18 millions de publications.

Ce classement est bien meilleur que celui du top 1%, qui ne nécessiterait qu’un classement de 180 000 pour qu’elle soit classée dans le top 1%. Il lui suffirait de 18 000 publications pour se classer parmi les 1 % supérieurs. Se classer dans le top 0,001 % signifierait être numéro 180. Par conséquent, à la huitième place, il se situe à 8/180 du top 0,001 %, soit environ 4,4 % du top 0,001 %. Cet article se classe dans le top 5 % du top 0,001 % !

En d’autres termes, seuls sept articles dans le monde sur ces 18 millions sont mieux classés.

Cet article examiné par des pairs est l’une des références médicales les plus citées de tous les temps – point final. Cela devrait alerter tout lecteur – immédiatement – sur son importance historique. Le Dr Tess Lawrie est une spécialiste de la synthèse des données probantes de l’OMS depuis 30 ans. Sa conclusion est tout aussi significative que le rang de l’article. Voici ces mots,

« Les preuves d’une certitude modérée montrent qu’il est possible de réduire considérablement les décès dus au COVID-19 en utilisant l’Ivermectine. L’utilisation de l’Ivermectine au début de l’évolution clinique peut réduire le nombre de personnes évoluant vers une maladie grave. La sécurité apparente et le faible coût suggèrent que l’Ivermectine est susceptible d’avoir un impact significatif sur la pandémie de SARS-CoV-2 au niveau mondial ».

Il est peut-être temps de se demander pourquoi l’examen narratif de l’Ivermectine, évalué par les pairs, du Dr Pierre Kory se classe au 38e rang sur les mêmes 18 millions de publications.

Il conclut : « Enfin, les nombreux exemples de campagnes de distribution d’Ivermectine ayant entraîné une diminution rapide de la morbidité et de la mortalité à l’échelle de la population indiquent qu’un agent oral efficace dans toutes les phases du COVID-19 a été identifié ».

Si l’article du Dr Lawrie est classé dans le top 5% du top .001% de tous les articles médicaux publiés de tous les temps, celui du Dr Kory n’est pas loin derrière. Le sien est 38/180 du top .001% ou le top 21% du top .001%.

Ainsi, les deux articles se classeraient dans l’atmosphère raréfiée de près d’un sur un million.

Par conséquent, le lecteur doit maintenant se demander pourquoi deux magnifiques études indépendantes, provenant de deux continents différents et arrivant à la même conclusion, sont toutes deux ignorées par les leaders médicaux de notre monde ?

L’Uttar Pradesh est l’une de ces populations qui a connu une baisse considérable de la morbidité et de la mortalité liées au COVID-19 quelques mois APRÈS la publication de l’article du Dr Kory le 22 avril 2021. Par conséquent, il faut se demander si l’Ivermectin éradique le COVID-19 de manière si prévisible et sûre, alors pourquoi elle n’est pas systématiquement déployée dans le monde entier, comme le suggèrent le Dr Kory et le Dr Lawrie ?

Peut-être chaque lecteur doit-il se poser la question suivante : pourquoi les articles d’experts de très haut niveau du Dr Lawrie et du Dr Kory, publiés dans la littérature médicale sur PubMed, la bibliothèque nationale de médecine, sont-ils interdits sur Wikipédia ?

Bien que la victoire de l’Ivermectine en Inde sur le COVID ait été perdue pour les grandes entreprises pharmaceutiques et les grands organismes de réglementation, le message semble être passé à l’homme de la rue. Si l’on en croit les tendances de Google, l’intérêt pour l’Ivermectine explose, et pour de bonnes raisons. Nous sommes tous systématiquement trompés par des organisations influentes au nom du profit.

Une avalanche quotidienne de propagande médiatique nous bombarde de messages visant à nous détourner des traitements les plus sûrs et les plus efficaces.

L’intérêt pour l’Ivermectine et l’Inde ne fait que croître et a maintenant atteint un niveau record.

La conquête indienne du COVID-19 n’est plus cachée. Le secret est éventé.

Et peut-être, enfin, le rapport final de l’OMS, tant attendu, détaillant la campagne de lutte contre la pandémie la plus réussie de toute la planète, sera-t-il publié.

Traduction par Aube Digitale
– Source : The Desert Review (Etats-Unis)

Source : ZE Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *