Bizanet. Un homme armé et ivre encerclé chez lui par les gendarmes

Les militaires du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie ont quadrillé le secteur/Photo DDM J.M Guiter

Scène à peine croyable ce samedi matin. Près de vingt-cinq militaires des gendarmeries de Lézignan, Narbonne et Coursan, ainsi que plusieurs hommes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, équipés de gilets pare-balles et lourdement armés, un maître-chien et un chien de la brigade cynophile, ont carrément fermé tout un quartier de Bizanet et empêché quiconque d‘y pénétrer. Chaque rue, chaque carrefour était fermé. Dans la rue, et sur le marché ce matin-là, les rumeurs allaient bon train. Un forcené armé d’un fusil de chasse s’est barricadé chez lui, rue de la Gare, avec sa femme et son enfant. Vendredi en fin d’après-midi, un couple d’une trentaine d’années recevait un autre couple d’amis pour la soirée. Une soirée très arrosée puisque l’ambiance s’est détériorée au point de dégénérer et dans la nuit, les sapeurs-pompiers sont appelés. La femme du couple habitant Bizanet est blessée. Mais lorsque les sapeurs-pompiers arrivent au domicile du couple en question, le mari se saisit d’un fusil de chasse et menace tout le monde, pompiers compris. Il met tous ces gens dehors en les menaçant de son fusil et s’enferme alors chez lui avec sa femme et son enfant. La gendarmerie est alertée. Elle envoie plusieurs hommes sur place. Sachant que l’homme retranché chez lui est ivre et armé, un important dispositif de précaution est mi s en place pour parer à toute éventualité. Le quartier est bouclé, des militaires placés à chaque coin de rue. D’autres s’approchent de la maison du couple et aperçoivent, par la fenêtre du rez-de-chaussée, l’homme au fusil endormi sur son fauteuil, son arme tout près de lui. Ils distinguent aussi un chien à ses pieds. La crainte est de voir le chien aboyer si les militaires tentent de rentrer dans la maison et que les aboiements réveillent l’homme armé, qui pourrait avoir un comportement alors totalement incontrôlé et des plus dramatiques. Les forces de l’ordre décident donc d’attendre. Ce n’est qu’en fin de matinée, vers 11 h 30, que l’épouse ouvre la porte de la maison pour sortir le chien. Elle ne se rend compte qu’à ce moment-là de l’important dispositif déployé et de la présence de nombreux gendarmes. Ces derniers l’accostent et elle leur explique que son mari est toujours au même endroit et toujours plongé dans un profond sommeil. Mais cette fois, le chien n’est plus un problème. Les gendarmes n’ont alors aucune difficulté à interpeller le forcené. L’homme a été placé en garde à vue. Il doit être présenté aujourd’hui devant le procureur de la République. La gendarmerie a ouvert une enquête. «Le jeune couple n’était pas très connu dans le village. Cela faisait seulement deux mois qu’il s’y était installé», a expliqué Jacques Blaya, le maire de Bizanet. On ne pourra plus en dire autant.

Source : La Dépêche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.