La gendarmerie ne fera pas de cadeau

La gendarmerie prend des mesures pour améliorer la cohabitation piétons/automobilistes devant les établissements scolaires.

La gendarmerie prend des mesures pour améliorer la cohabitation piétons/automobilistes devant les établissements scolaires.

Vendredi, avec la police municipale, la gendarmerie a traqué l’attitude des conducteurs face aux « piétons scolaires ».

Annoncée au lendemain de l’accident survenu devant le collège Victor-Hugo – une élève avait été renversée par un automobiliste alors qu’elle se trouvait sur le passage protégé -, l’opération de gendarmerie a eu lieu vendredi matin. D’autres devraient suivre. L’objectif étant de sensibiliser les automobilistes et les jeunes piétons.
Menée conjointement avec la police municipale, cette action a eu un caractère préventif auprès des automobilistes susceptibles de rencontrer, chaque jour, des centaines de scolaires. Mais pas seulement. « Si les gendarmes avaient constaté une infraction, il y aurait eu verbalisation », souligne le major Bassez, commandant la brigade de Chauny.

 

4 points de retrait, 135 € d’amende

 

La présence des forces de l’ordre postées dès 7 h 30 devant le collège Victor-Hugo et à proximité du lycée Gay-Lussac (à hauteur de la salle des fêtes) a visiblement été dissuasive ; les automobilistes ont respecté le code de la route. « Des lycéens nous ont fait comprendre que ce n’était pas toujours comme ça », rapporte le major.
Les conducteurs ont, de leur côté, eu affaire à des élèves sûrement plus disciplinés qu’à l’ordinaire… « C’est vrai que certains traversent n’importe comment, reconnaît le gendarme. Il faut que chacun prenne conscience de ses droits et devoirs. »
Gendarmerie et police municipale conduiront d’autres opérations de ce type. Elles seront intransigeantes. Le major Bassez rappelle que les automobilistes doivent céder le passage aux piétons « s’engageant régulièrement ». En cas de non-respect, il s’agira d’un refus de priorité sanctionnée par une contravention de 4e classe, impliquant une amende de 135 € et la perte de 4 points. « Je me répète mais on ne laissera rien passer. » Les usagers de la route sont prévenus.
Ludovic QUILLET

Source : L’Aisne Nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.