AU PALAIS Ivre et sans permis, il vient pointer à la gendarmerie en voiture !

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Quand sa femme n’est pas là, Stéphan boit. Et le 4 mai 2017, Madame était absente. Alors, à son réveil, vers 4h du matin, cet homme de 36 ans commence sa journée par cinq bières avant de s’enfiler une demi-bouteille de Gin.

Le problème, c’est que Stéphan est sous contrôle judiciaire et qu’il doit pointer ce matin-là à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit. Mais rien ne l’effraie. Il prend sa voiture en fin de matinée et pointe comme si de rien n’était. Seulement, en repartant, les gendarmes – qui ne l’avaient pas vu arriver – tombent des nues en le voyant se mettre au volant de son véhicule. Il est aussitôt interpellé. Quand la présidente du tribunal correctionnel de Nîmes, Sandrine Lalande, indique qu’il avait 0,78mg/l d’alcool dans le sang, Stéphan relativise :

–      Au volant, que je sois alcoolisé ou pas, c’est pareil !

–      Ah non, pas tout à fait, corrige la juge.

En poursuivant sa lecture des faits, la présidente raconte qu’il a tenté de prendre la fuite à pied :

–      Oui mais pas loin ! J’ai fait quatre pas.

Et la voiture qu’il conduisait alors qu’il n’en a pas le droit ?

–      Je l’ai échangée contre un scooter. Parce que je n’avais pas le droit de conduire le scooter.

–      Mais la voiture non plus !, s’égosille la présidente.

Avec 27 condamnations inscrites sur son casier judiciaire, le cas de Stéphan semble désespéré si l’on en croit le représentant du ministère public, François Schneider :

–      Il n’a aucune prise de conscience des faits, analyse-t-il avant de demander un an de prison ferme.

Le tribunal ramène la peine à un an de prison dont six avec sursis et une mise à l’épreuve de deux ans.

Tony Duret

Source : Objectif Gard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.