Attentats de Paris: contrôles de gendarmerie dans l’Armentiérois à la frontière

Dans l’Armentiérois, plusieurs communes sont directement frontalières avec la Belgique voisine. Des points de passage encore plus fréquentés le week-end et où des gendarmes sont depuis ce matin en faction, notamment aux ponts de Frelinghien et de Warneton. Leur mission ? Contrôler tous les véhicules suspects.

926806534_B977065855Z.1_20151114135222_000_GQO5JQJI1.1-0.jpg
Au pont du centre, à Frelinghien, des gendarmes sont en faction depuis ce matin pour contrôler les véhicules.

Impossible de ne pas se rendre compte ce samedi, dans l’Armentiérois, que plus rien ne sera pareil après les attentats parisiens d’hier soir. À Frelinghien, petit village qui compte trois points frontière directs avec la Belgique, trois gendarmes, dont l’un armé d’une mitraillette, sont en poste au pont du centre. Ils y contrôlent tous les véhicules leur semblant suspects et depuis le matin, la circulation est incessante entre la France et la Belgique. Même dispositif de trois gendarmes à quelques kilomètres de là, à Warneton cette fois-ci où côté France, les militaires interceptent tout véhicule suspect passant le pont frontière. Contrôle des papiers et des véhicules, mais on n’en saura pas plus en détail sur la manière d’agir des militaires. La gendarmerie de Quesnoy-sur-Deûle est évidemment mobilisée et impliquée dans le dispositif, mais des renforts sont aussi venus de tout l’arrondissement de Lille. Combien de temps va durer leur mission ? Les gendarmes ne le savent pas.

Ailleurs, pas de contrôle

Par contre, dans d’autres secteurs frontaliers de l’Armentiérois, aucun dispositif de surveillance n’est visible, notamment sur les petites routes de campagne. Ni au Bizet, ni au bout de l’avenue Léon-Blum (cimetière), à Armentières. Ni à la clef d’Hollande où le patron de café n’a rien remarqué depuis ce matin, à 9 h. Il regardait le match de foot avec ses clients vendredi soir quand il a appris la tuerie à Paris. Il sait que les matchs de foot du week-end sont annulés et que les courses hippiques n’ont pas lieu. La télévision reste allumée en permanence pour suivre les informations. En face de son café, on est en Belgique et le magasin de paris hippiques est bien désert.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.