Alcool et stupéfiants dans le viseur des gendarmes hier soir

Partager
Réagir 1 réaction
Vaste contrôle routier de la gendarmerie hier soir au Séquestre./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle
Vaste contrôle routier de la gendarmerie hier soir au Séquestre./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle

Sous les yeux du directeur de cabinet du préfet, une grosse opération de gendarmerie s’est déroulée hier soir sur les giratoires du Séquestre. Stupéfiants, alcool étaient notamment dans le viseur des forces de l’ordre.

Samedi dernier deux personnes ont trouvé la mort sur les routes du Tarn : une piétonne et un motard. Triste bilan avec 22 accidents mortels depuis le début de l’année, (autant que pour toute l’année 2016) dont six motards. Il fallait s’attendre à une réaction venant des autorités. Elle n’a pas traîné en se matérialisant hier soir par une vaste opération de contrôle routier. «Une opération répression», insistait même Florent Farge, directeur de cabinet du préfet, qui justifiait : «80 % des accidents mortels en 2017 sont dus pour 45 % aux excès de vitesse, 22 % pour consommation d’alcool et enfin les stupéfiants. La plupart des victimes sont Tarnaises et les accidents se produisent le plus souvent sur des parcours connus».

Jusqu’à une heure

Vingt gendarmes de la compagnie d’Albi, une équipe cynophile de Gaillac, le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et la brigade motorisée ont contrôlé tous les véhicules qui arrivaient sur le giratoire. Et il y en avait pas mal car en raison des travaux la voie Albi-Rodez de la rocade était déviée sur ce même giratoire.

À plusieurs reprises le chien a visité les véhicules dont un bus régional. «Pour le moment nous n’avons constaté qu’un défaut d’assurance, disait le commandant Julien de la Fuente, patron de la compagnie d’Albi, on n’a pas trouvé ce que l’on cherche». Le contrôle n’avait commencé que depuis trois quarts d’heure et l’opération devait se prolonger jusqu’à ce matin une heure.

La répression hier soir, la prévention le 11 octobre pour la journée de la sécurité et quelques «opérations pédagogiques», souligne Florent Farge, comme dès le mois de novembre la diffusion sur le site de la préfecture des jours et lieux des contrôles routiers». Comme avant.


Le chiffre : 22

personnes décédées >Depuis le 1er janvier 2017. Soit 6 de plus qu’en 2016 à la même époque.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.