Cannabis. Interpellations dans les magasins de culture indoor dans l’Ouest

Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l'intérieur des maisons.

Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l’intérieur des maisons. | Franck Dubray

Le GIR de Bretagne et la gendarmerie ont réalisé des perquisitions, ce matin, dans quatre magasins de l’enseigne indoor garden près de Caen, au Mans, à Carquefou et à Rennes. Plusieurs interpellations ont eu lieu.

Les interpellations ont eu lieu simultanément dans les quatre magasins indoor garden de Rennes, Caen, Le Mans, et Carquefou.

Dès l’ouverture, à 10 h, les gendarmes et les hommes du GIR ont fait irruption dans les commerces. Une unité de la brigade canine était sur les lieux.

Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l'intérieur des maisons. ici l'opération dans le magasin de Carquefou.
Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l’intérieur des maisons. ici l’opération dans le magasin de Carquefou. | Franck Dubray

Les magasins perquisitionnés sont spécialisés dans la culture de plantes à l’intérieur des maisons ou des appartements.

Les appareils proposés à la vente, des lampes, des engrais et des bacs de culture, sont utilisés, en autres, par les producteurs de cannabis qui veulent faire pousser leur propre récolte.

Pas de graine en vente

Les commerces suspects ne vendent pas les graines qui permettent d’obtenir l’herbe de cannabis. Les apprentis jardiniers se les procurent souvent sur internet ou lors d’un voyage en Hollande.

Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l'intérieur des maisons. Ici, le magasin Indoor Gardens de Rennes.
Vaste opération de gendarmerie dans des magasins spécialisés dans la culture de plantes à l’intérieur des maisons. Ici, le magasin Indoor Gardens de Rennes. | Nathalie Flochlay

Les gardes à vue ont commencé en fin de matinée et devraient se poursuivre toute la journée.

L’enquête est ouverte pour complicité de trafic de stupéfiants. Le procureur de Rennes précise qu’il s’agit « d’une enquête préliminaire dirigée par le parquet de Rennes pour complicité d’infractions à la législation sur les stupéfiants et provocation à l’usage de stupéfiants. »

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.