Aire-sur-la-Lys : le capitaine Pacinella s’en va sans avoir connu la nouvelle caserne de gendarmerie

Le capitaine Pacinella quitte Aire-sur-la-Lys, quatre ans après avoir pris le commandement de la brigade de gendarmerie. C’est la règle, pour s’élever dans la hiérarchie, il faut bouger. Après le Pas-de-Calais, ce sera le Nord, Douai, commandant de compagnie adjoint.

<br />
Calogero Pacinella et son épouse quittent les bords de Lys pour ceux de la Scarpe.</p>
<p>

Calogero Pacinella et son épouse quittent les bords de Lys pour ceux de la Scarpe.

« Je ne pars surtout pas en retraite, s’amuse Calogero Pacinella, je vais vivre une autre expérience. » Il lui faudra en effet oublier un commandement de brigade, vingt-deux personnels sous ses ordres, pour se glisser dans l’uniforme du commandant de compagnie adjoint, 187 gendarmes répartis sur plusieurs brigades. C’est-à-dire plus d’encadrement, sans doute plus de paperasse, moins de terrain et un territoire plus urbain, loin de sa mission précédente, à des lieux de ce qu’il a connu en Centrafrique ou en Polynésie française, théâtres de missions précédentes.

Sens du relationnel

Le chef d’escadron Marie-Laure Pezant, commandant la compagnie de Saint-Omer, salut son expertise en gendarmerie départementale, son sens du relationnel, l’humanité de son commandement, son investissement dans la participation citoyenne. « C’est un tournant, admet le militaire, j’aborde un autre aspect du métier. »

D’autres départs vont accompagner celui du chef. Le gendarme Gilles Lachapelle va rejoindre Wormhout, le chef François Bugnon est attendu à la cellule d’observation et de surveillance d’Arras.

La caserne toujours dans les cartons

Calogero Pacinella est arrivé à Aire-sur-la-Lys dans l’espoir d’intégrer une caserne toute neuve. Quatre ans plus tard, elle est encore dans les cartons. « S’ils m’invitent pour l’inauguration, je serai à la retraite », compte-t-il.

Le lieutenant Poillet est attendu à partir du 1er août, en provenance du PSIG d’Hoymille, pour prendre le commandement de la brigade airoise.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.