Agen : pris de bouffée délirante, il meurt devant la gendarmerie

ILLUSTRATION. Pour des raisons encore inexpliquées, un jeune garçon âgé de 24 ans, pris de bouffées délirantes et paranoïaques, est mort mercredi soir  d'un arrêt cardio-respiratoire devant la gendarmerie d'Agen, dans le Lot-et-Garonne (Aquitaine)

Pour des raisons encore inexpliquées, un jeune garçon âgé de 24 ans, pris de bouffées délirantes et paranoïaques, est mort mercredi soir d’un arrêt cardio-respiratoire devant la gendarmerie d’Agen, dans le Lot-et-Garonne (Aquitaine)

Pour des raisons encore inexpliquées, un jeune garçon âgé de 24 ans, pris de bouffées délirantes et paranoïaques, est mort mercredi soir  d’un arrêt cardio-respiratoire devant la gendarmerie d’Agen, dans le Lot-et-Garonne (Aquitaine) selon une information parue dans Sud-Ouest. Le service régional de police judiciaire (SRPJ) a été chargée de l’enquête, par le parquet d’Agen, pour comprendre les causes du décès.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme, de santé fragile et obèse (il pèse 135 kilos), qui n’a semble t-il pas d’antécédents psychiatriques mais qui est toxicomane, a fait une grosse crise de nerf devant sa mère mercredi soir. Cette dernière, dépassée par les événements, a appelé  dans un premier temps le commissariat. Mais l’agressivité du fils est finalement contenue peu de temps après par son père qui lui propose d’aller chercher de quoi se restaurer. Las, en chemin, le fils qui est à l’arrière du véhicule connait un nouvel épisode de délire paranoïaque. Il stoppe la voiture en tirant sur le frein à main avant de prendre la fuite dans les rues d’Agen.

Devant le comportement anormal de son fils, le père prévient de nouveau les policiers qui le retrouvent peu de temps après aux portes de la gendarmerie d’Agen. Selon des témoignages, il aurait escaladé le portail de la caserne, avant d’en ressortir par le même chemin malgré son gabarit imposant. Les gendarmes qui ont tenté de le calmer ont confirmé que le jeune homme tenait des propos incohérents. «L’intervention de la police était d’abord destinée à le protéger lui-même. Mais à peine les policiers arrivés sur place, il a fait un malaise », décrit une source proche de l’enquête.

Les pompiers, sur place  ont tenté en vain de le réanimer. Le jeune Agenais de 24 ans est décédé sur place aux alentours de minuit, d’un arrêt cardio-respiratoire. Une autopsie, prévue ce vendredi à l’Institut médico-légal de Bordeaux, devrait permettre de dire si ce grand consommateur de cocaïne était sous l’emprise de stupéfiants, qui auraient pu provoquer sa mort.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.