Affaire Théo : trois des quatre policiers mis en cause réintégrés, la famille outrée

Affaire Théo : trois des quatre policiers mis en cause réintégrés, la famille outrée

Trois des quatre policiers ont été réintégrés.

AFP

T rois des quatre policiers mis en cause dans l’affaire Théo ont été réintégrés, une décision qui a provoqué la colère de la famille du jeune homme victime présumée d’un viol avec une matraque lors de son interpellation il y a un an à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

Les quatre policiers avaient été suspendus quelques jours après l’éclatement de l’affaire, le 2 février 2017. Si le fonctionnaire qui a été mis en examen pour viol reste suspendu, les trois autres, inculpés pour violences volontaires en réunion, ont été réintrégrés, a indiqué à l’AFP une source policière, confirmant une information du Parisien.

Le premier a été affecté en Seine-Saint-Denis, le second muté en province et le troisième est en attente d’une affectation également en province, selon son avocat Me Daniel Merchat.

« On est en attente de justice »

« Comment voulez-vous qu’on respecte l’uniforme? Quel message on doit comprendre? » a réagi Eleonore Luhaka, la soeur aîné de Théo, qui s’exprimait à quelques mètres de l’endroit où son frère a été gravement blessé il y a un an. « Comment peut-on laisser faire cette chose-là? On est en attente de justice, nous, et de voir que personne ne s’indigne, c’est ce qui me révolte le plus », a ajouté cette formatrice de 38 ans. « La police se doit d’être exemplaire », a encore dit Mme Luhaka à l’AFP, reprenant les termes employés par le Premier ministre de l’époque, Bernard Cazeneuve, à propos de cette affaire qui avait provoqué plusieurs nuits de violences.

LIRE AUSSI – Affaire Théo : 37 interpellations après la manifestation de Bobigny

Selon elle, cette décision a beaucoup affecté son frère. « Il fait bonne figure mais il est pas bien, Théo, ni physiquement ni moralement. Il attend beaucoup de la justice, mais là, en réintégrant les policiers, quel message on envoie à Théo? ».  Concernant l’instruction en cours à Bobigny, Daniel Merchat a confirmé à l’AFP qu’une expertise médicale serait conduite bientôt pour déterminer l’ampleur des blessures infligées à Théo.

« Il est exact que si l’infirmité permanente est retenue nous irons devant la cour d’assises mais nous allons demander une contre-expertise », a dit l’avocat, pour qui cette affaire va prendre la forme d’une « querelle d’experts en balisitique et médicaux ».

LIRE AUSSI – Affaire Théo : viol ou violences, le débat juridique est ouvert

Source : Midi Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.