À Bordeaux, un réseau exploitait des mineurs isolés pour les forcer à voler

le-16-aout-dernier-le-squat-de-la-rue-permentade-a-bordeaux-avait-ete-incendie-apres-une-tentative-dhomicide-envers-un-jeune-mineur-isole-qui-avait-pris-des-libertes-avec-la-regle-imposee-par-le-chef-de-bande

Le 16 août dernier, le squat de la rue Permentade à Bordeaux avait été incendié après une tentative d’homicide envers un jeune mineur isolé qui avait pris des libertés avec la règle imposée par le chef de bande.

Jean-Michel Desplos

Une enquête pour « traite des êtres humains » est ouverte à Bordeaux. La police a démontré que des mineurs étaient victimes d’un réseau qui les obligeait à commettre des délits.

Des centaines de plaintes pour vol à l’arraché déposées à Bordeaux entre avril et fin octobre. Pris séparément, les faits semblent anecdotiques mais leur répétition d’ampleur révèle un véritable phénomène. Celui de détrousseurs qui sévissent depuis plusieurs mois dans les lieux de fête de la capitale girondine et laissent la justice bordelaise, de son propre aveu, « démunie ».

Source : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.