20 ans après son agression pendant la coupe du monde, le gendarme Nivel garde de lourdes séquelles

Il y a vingt ans, le gendarme mobile Daniel Nivel, père de deux enfants, était roué de coups par des hooligans allemands le 21 juin 1998, jour de la fête des pères, près du stade Bollaert de Lens après le match Allemagne-Yougoslavie de la Coupe du monde de football.

Aujourd’hui âgé de 63 ans, il garde de très lourdes séquelles neurologiques, notamment au niveau de l’audition et de la vision, “qui l’empêchent de vivre normalement”, a expliqué à L’Essor son avocat depuis 20 ans Me Antoine Vaast.

Frappé à plusieurs reprises à la tête, le maréchal des logis-chef Nivel de l’escadron 12/9 d’Arras resta 44 jours dans le coma à l’hôpital Roger-Salengro de Lille. Promu adjudant, il ne put jamais reprendre le travail. Un an après son agression, un journaliste de l’AFP, actuellement journaliste à L’Essor, avait pu rencontrer pendant quelques minutes le gendarme Nivel au ministère de la Défense, alors tutelle de la Gendarmerie. Il avait vu un homme profondément diminué, incapable de réagir et de s’exprimer, aidé en permanence par son épouse.

La photo en noir et blanc de l’agence de presse Reuters montrant le gendarme allongé par terre, inconscient, la tête ensanglantée, et secouru par deux de ses camarades avait fait le tour du monde. Elle avait suscité une immense vague d’indignation. Son épouse Lorette et ses enfants Vincent et Nicolas avaient reçu des milliers de lettres de soutien du monde entier, y compris de moines thibétains…..

Lire la suite : L’Essor.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.