Pays de Quimperlé. Fête après le bac : un appel à la vigilance

d099210e7fae46b68125d88b659b3c0d-pays-de-quimperle-fete-apres-le-bac-un-appel-la-vigilanceA la fin de l’année scolaire, la plage du Kérou à Clohars-Carnoët est souvent le théâtre de fêtes pour les lycéens, voire les collégiens. | Archives Ouest-France

Dans un communiqué, la compagnie de gendarmerie de Quimperlé-Concarneau lance un appel à la vigilance, pour les fêtes d’après-baccalauréat, qui pourraient avoir lieu après la proclamation des résultats.

« Chaque année, après les épreuves du baccalauréat les lycéens, et parfois même des collégiens, se réunissent pour fêter la fin de l’épreuve et surtout la fin de l’année scolaire », écrit dans un communiqué la compagnie de gendarmerie de Concarneau-Quimperlé.

Ce n’est pas sans risque

Ces rassemblements « non organisés, concentrent plusieurs centaines de jeunes, mineurs pour la grande majorité d’entre eux, qui s’alcoolisent parfois de manière massive. Les parents pensent que leurs enfants ne risquent rien et que c’est un événement traditionnel sans risques, ils se trompent. »Comme chaque année, « cela devrait se dérouler sur la plage du Kérou à Clohars-Carnoet, les jours du vendredi 22 ou samedi 23 juin, et très vraisemblablement le lundi 25 juin au soir. »

contrpole gendarmes
Notamment ce week-end des 22, 23 et 24 juin, les gendarmes seront sur le pont, du côté des plages de Clohars-Carnoët. | Archives Ouest-France
 
 

La gendarmerie « tient à rappeler la responsabilité de chacun, des partenaires de la gendarmerie, des participants mais surtout des parents qui restent responsables de leurs enfants, même jeunes majeurs. »Le « contexte de ces rassemblements est dangereux : jeunesse des participants, alcool, parfois drogue, mer proche, feux de camp, excitation de la fin de l’année scolaire et début des vacances.»

Des arrêtés municipaux

C’est « un cocktail qui peut mener à des risques très importants, tels que des agressions avec ou sans arme, des vols, des noyades, des comas éthyliques, des disparitions et même des agressions sexuelles. Ces rassemblements ont également un coût pour la communauté, le nettoyage des plages et les réparations des fréquentes dégradations.»Des « arrêtés municipaux interdisent formellement les feux sur les plages et la consommation d’alcool sur la voie publique. À cette occasion, nul besoin de rappeler aux commerçants que la vente d’alcool aux mineurs est strictement interdite. »

Conclusion des gendarmes : « Nous comptons sur la vigilance et la bienveillance de tous. Notre jeunesse doit s’amuser et c’est bien normal, mais nous voulons lui éviter tout mal. »

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.