Le 2ème REG et les avalanches : inconscience et incompétence ou fatalité ? (Renaud Marie de Brassac)

01Insigne_2e_régiment_étranger_de_génie

Une cinquantaine de légionnaires du 2ème REG pris dans une avalanche et cinq morts au bilan !

Bien sûr, nous nous inclinons devant ces morts, venus servir la France dans l’espoir d’une vie meilleure pour ceux qui étaient originaires d’un pays hors Union européenne, dans l’espoir de l’aventure pour d’autres.

Nous sommes solidaires de la douleur de leurs proches.

Nous pensons cependant que ces morts sont inutiles, qu’elles auraient pu être évitées et que la responsabilité pénale de ceux qui dirigeaient doit être recherchée sans état d’âme ou sans complaisance.

En effet, il faut se souvenir que le 2ème REG est un régiment qui a l’habitude de déclencher des avalanches.

2009

Un groupe de 22 légionnaires du 2eme Régiment Étranger du Génie (REG) de Saint-Christol (Vaucluse) est emporté par une avalanche le 20 janvier en fin de matinée à Larche (Alpes-de-de-Provence). Cinq militaires âgés de 25 à 40 ans sont blessés.
Les militaires hébergés au centre national d’aguerrissement en montagne de Barcelonnette effectuaient un raid de trois jours en Haute-Ubaye. Partis du hameau de Maison-Méane où ils avaient bivouaqué pendant la nuit, les 22 légionnaires avaient été pris dans une avalanche entre deux passages boisés dans le vallon du Font-Crèse, sous le Bec de l’Aigle, entre 1 900 et 2 000 mètres d’altitude. Un témoin avait rapporté que le danger d’avalanche était important, mais qu’en raison de la présence du chef de corps sur les lieux, les responsables avaient voulu « forcer le destin ».

Bilan

Un blessé de 27 ans souffrant d’un grave traumatisme crânien héliporté à l’hôpital de Gap, qui s’en était sorti avec une cicatrice de la face peu discrète.

Quatre autres blessés avaient été moins grièvement atteints avec tout de même des fractures aux jambes et aux bras, des luxations d’épaule, des traumatismes thoracique et au genou.

2012

Il faut croire que l’affaire de Larche n’avait pas servi de leçon. Le mercredi 1er février dans la matinée, un détachement du 2ème Régiment étranger de génie (2 °REG) était pris dans une avalanche en vallée de Maurienne (Savoie).

Ce détachement effectuait une instruction dans le cadre d’une formation de chef d’équipe haute montagne.

Bilan : 1 mort : le caporal Szymkowski. Cinq autres légionnaires avaient été blessés

2016

Un groupe de 52 militaires qui pratiquait un exercice en secteur hors piste est pris dans une avalanche dans l’après-midi du 18 janvier. Onze skieurs sont emportés. Cinq sont tués et six autres blessés.

L’analyse de l’Adefdromil.

Peut-être va t’on nous dire que c’est la faute à pas de chance, que nous dégainons trop vite, et que nous devrions respecter les morts.

Eh bien non. Nous trouvons ces morts scandaleuses.

A la Légion, on sait que les règlements, c’est bon pour la « régulière » (le reste de l’armée), pas pour les légionnaires.

Nous lisons un peu la presse. Nous pouvons bien sûr être passés à côté d’informations. Mais, à notre connaissance, il n’y a pas eu, ces dernières années et peut-être depuis une décennie, de militaires des unités alpines, tués en groupe dans une avalanche. C’est sans doute parce qu’on y est compétent et qu’on y respecte les règles de sécurité.

Le ministre de la Défense pourrait d’ailleurs aisément confirmer ou contredire ce que nous avançons.

Seul le 2ème REG semble être victime de ce type d’accident.

Est-ce une fatalité ? Nous avons du mal à le croire.

Nous espérons que l’enquête de gendarmerie fera toute la lumière sur ces morts inutiles, et que les responsables en répondront devant la justice.

Renaud Marie de Brassac

Source:  ADEFDROMIL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.