Sablé-sur-Sarthe Travaux. L’ancienne gendarmerie de Sablé vit ses derniers jours

L’ancienne gendarmerie de Sablé vit ses dernières heures. Dans quelques jours, elle ne sera plus qu’un tas de gravats. Photos et vidéo.

La grignoteuse est à l’action pour démolir les derniers vestiges de l’ancienne gendarmerie de Sablé.

La démolition de l’ancienne gendarmerie de Sablé touche à sa fin désormais. Amorcée en octobre dernier par une première phase de désiamantage qui a duré deux semaines, les travaux se sont poursuivis par la déconstruction intérieure des bâtiments.Depuis le début du mois de décembre, c’est le gros œuvre qui est en route, et interpelle les badauds, le long de la rocade de Sablé. En effet, pendant deux semaines, une grignoteuse de l’entreprise mayennaise Chazé – du groupe Jugé d’Etriché, la même que pour la salle Madeleine-Marie – a fait disparaître du paysage ce bâtiment, datant des années 1960 et accueillant la gendarmerie de Sablé jusqu’à la fin de la dernière décennie. Agnès Durand-Fremy, technicienne au service du patrimoine bâti, explique. « C’est un travail assez précis. Pendant la démolition, un tri des déchets est fait. Pour éviter une trop grande propagation de la poussière, de l’eau est aspergée pendant les manoeuvres. »

Pour Yannick Madelin, chef de chantier, il n’y a pourtant rien d’exceptionnel. « Ce n’est pas un chantier dangereux. Aux commandes, ça fait 30 ans qu’il fait ça. »

D’ici la fin décembre, la démolition sera terminée. « Le terrain sera rendu nu pour la mi-janvier, comme convenu », reprend Laurent Fournier, adjoint au maire en charge de l’urbanisme. Pour ce faire, les matériaux seront emmenés à la Sosarec, à Sablé. « On est en filière courte », se félicite Laurent Fournier. « Ce sont des déchets de déconstruction qui seront dévalorisés. »

Et l’avenir de ce terrain ? Là, pas de réponse claire à donner. L’élu repond. « Il n’y a rien de neuf. Dans le projet, on sait qu’il y aura du logement. C’est une obligation. Après, je n’ai pas de date à indiquer. » Quant à la nature du logement, là encore, rien n’est défini. « Du social, avec des services, des commerces… Je ne peux rien indiquer aujourd’hui. »

 

Source : Les Nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.