130 kg de résine de cannabis saisis par la gendarmerie de l’Ariège, deux personnes écrouées

La saisie réalisée par les enquêteurs de la gendarmerie de l'Ariège représente une valeur marchande de 500.000€. Photo Gendarmerie de l'Ariège.
La saisie réalisée par les enquêteurs de la gendarmerie de l’Ariège représente une valeur marchande de 500.000€. Photo Gendarmerie de l’Ariège.
 

130 kg de résine de cannabis, pour une valeur marchande de 500 000 €, ont été saisis dans le cadre d’une enquête de longue haleine menée par les enquêteurs de la brigade des recherches de Pamiers, sur commission rogatoire de Mylène Goutines, juge d’instruction à Foix. Deux personnes ont été placées en garde à vue, entendues, présentées au juge d’instruction en charge du dossier et écrouées, la semaine dernière. La nouvelle n’a été rendue publique qu’hier. La première des personnes mises en cause réside dans notre département, la seconde dans un autre département du sud de la France.

Dans le cadre des perquisitions effectuées par les enquêteurs, un revolver de calibre 38 approvisionné et deux autres armes de poing ont également été saisies, ainsi que du numéraire. Les stupéfiants, préparés sous forme de plaquettes, avaient été dissimulés dans un véhicule spécialement aménagé à l’aide d’un faux plancher.

Au départ de cette affaire se trouve la découverte de 850 g de cannabis et de plus de 1 000 € en liquide saisis incidemment dans le cadre de l’enquête menée sur l’incendie volontaire de la pension de famille de Lavelanet, qui avait causé la mort de trois personnes, en septembre 2014.

Après plusieurs mois de surveillances techniques, de filatures et d’observations discrètes, les enquêteurs de la brigade des recherches de Pamiers parviennent à identifier le fournisseur de la drogue saisie. Cet homme, qui ne demeure pas en Ariège, se montre « discret et vigilant », rendant l’enquête très difficile. Cependant, les enquêteurs réussissent à établir que cet homme se trouve à la tête d’un trafic de stupéfiants entre le Maroc et la France. Ils se rendent compte que cet homme, « tête de réseau » du trafic, est en mesure d’approvisionner ses clients en grosse quantité de cannabis. Ce que démontre la saisie que les enquêteurs viennent de rendre publique.

Un lien existe également entre cette affaire et une enquête ouverte en mai 2015 pour tentative d’enlèvement, association de malfaiteurs, enlèvement et violences commises à Lavelanet au printemps 2015. Lors des investigations menées sur ce dossier, un rapprochement avait été établi par les enquêteurs entre ces faits et un trafic de stupéfiants. Au mois de mai 2015, cette enquête avait déjà débouché sur un vaste coup de filet à Pamiers et Lavelanet, et à l’incarcération de trois suspects.

Source ; La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.