La police prépare sa révolution : la note secrète du ministère de l’Intérieur

Nous avons pu consulter une note, rédigée Place Beauvau, qui dessine les grandes lignes du projet ministériel visant à rénover la maison police du sol au plafond. Avec à la clé quelques arbitrages douloureux…

DLN53ORDGEFKYXMJ4EYDAVS7EMLaurent Nuñez et Christophe Castaner le 8 octobre, lors de la cérémonie d’hommage aux policiers tués à la préfecture de police de Paris. Reuters/Benoît Tessier

Un grand chamboule-tout est en préparation dans la police. Mais cette « transformation profonde » de la Grande Maison, du sol au plafond, voulue par la Place Beauvau, divise en interne. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, ont défini en début de semaine les grands axes d’un livre blanc de la sécurité intérieure.

Quatre groupes de travail planchent sur l’organisation, la coopération avec les acteurs de la sécurité privée, les ressources humaines et les nouvelles technologies. Castaner et Nuñez, en tant que pilotes du projet, avaient sollicité la contribution des différentes administrations concernées. « Nous avions demandé de l’audace. L’audace n’est pas au rendez-vous », cingle-t-on dans l’entourage du ministre.

Une note rédigée Place Beauvau pour le ministre et son secrétaire d’Etat, que nous avons pu consulter, dessine les grandes lignes du projet ministériel. Son rédacteur estime le moment politiquement opportun : « Le ministère de l’Intérieur dispose d’une fenêtre de tir inédite s’il souhaite réaliser cette modernisation : il reste trois ans pleins avant les prochaines élections présidentielle et législatives. »

«Réel malaise chez des policiers»

Le document débute par un constat sévère sur l’organisation des forces de l’ordre : « police très verticale » aux « compétences croisées, souvent illisibles », « doublons en termes de missions ou d’équipement », « conflits entre directions », « réel malaise chez des policiers de tous grades ». La vision de sa police par le ministère de l’Intérieur est décidément noire, même si la note prend la précaution de préciser qu’il ne s’agit pas de casser « un outil qui produit malgré tout – parfois dans la douleur – des résultats satisfaisants. »

Place Beauvau, on entend désormais « raisonner en filière par métier », soit cinq futurs secteurs. « Sécurité publique » : débarrassée des petites affaires judiciaires, elle se consacrerait au terrain. « Investigation » : dédiée à la police judiciaire, elle serait chargée de toutes les enquêtes, allant des délits quotidiens (cambriolage) aux crimes (assassinat, criminalité organisée, terrorisme). « Renseignement territorial » : appelé à monter en puissance hors du giron de la sécurité publique. « Contrôle aux frontières » : regroupant peu ou prou les activités de l’actuelle police aux frontières. Et enfin « soutien opérationnel ». Un directeur zonal de la police nationale s’assurerait de la coordination de chacune de ces filières sur le terrain quand aujourd’hui tout, ou presque, se décide depuis Paris, à la Direction générale de la police nationale.

Le soutien du Syndicat des commissaires

Les arbitrages seront forcément difficiles et douloureux. Les relations entre cabinet du ministre et direction de la police se sont détériorées au cours de ces derniers mois. « Certains hauts cadres de la police nationale se déclarent hostiles, apprend-on dans la note du cabinet du ministre. La DGPN notamment n’est pas, à ce stade, favorable à engager une telle transformation sur l’ensemble du territoire. »

Eric Morvan, le grand patron de la police, doit avoir les oreilles qui sifflent. En revanche, le projet bénéficie du soutien du puissant Syndicat des commissaires de la police nationale et de son secrétaire général, David Le Bars : « Nous sommes très favorables à une réforme en profondeur d’une police dont le fonctionnement est devenu désuet. L’idée générale est d’adapter la police aux territoires grâce à une déconcentration et d’obtenir un pilotage harmonieux avec un chef territorial unique qui pilote toutes les missions. » Le contenu du livre blanc doit être dévoilé au début de l’année prochaine. Mais, s’agissant des structures, il semble déjà en grande partie écrit.

La préfecture de police de Paris dans le viseur

La préfecture de police de Paris est souvent assimilée à un « Etat dans l’Etat ». LP/Arnaud Journois
La préfecture de police de Paris est souvent assimilée à un « Etat dans l’Etat ». LP/Arnaud Journois  

Les stratèges de la Place Beauvau entendent profiter de la refonte des structures de la police en métropole et en outre-mer pour réformer la préfecture de police de Paris (PP). Dossier sensible tant cette institution, de 43 800 femmes et hommes, policiers et sapeurs-pompiers, souvent assimilée à un « Etat dans l’Etat », a su, jusqu’à présent, préserver sa spécificité. La PP, aux compétences très larges, abrite en son sein des unités emblématiques, comme la brigade criminelle ou la BRI (intervention).

« Il y a un fort intérêt stratégique à raisonner France entière, expose la note, afin d’éviter de stigmatiser la réforme de la PP, laquelle peut être perçue par ses membres comme une simple volonté de la DGPN (Direction générale de la police nationale) de mettre la main sur ses services spécialisés. En positionnant le débat sur une transformation de l’ensemble de la police nationale, chacune des maisons sera mise sur un pied d’égalité et aucune n’aura le sentiment de gagner ou de perdre face à l’autre. » La note fait référence à la rivalité entre instances nationale (DGPN) et parisienne (PP).

En un peu plus d’un an, la plus ancienne « maison police » de France a affronté de nombreuses secousses : scandale de l’affaire Benalla, gestion contestée de la crise des Gilets jaunes ou encore tuerie au couteau perpétrée par un agent administratif radicalisé.

Les pistes envisagées par l’Intérieur induisent la perte de l’autonomie en matière de lutte contre l’immigration irrégulière et de police judiciaire. Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance (gradés et gardiens de la paix), estime cette perspective « navrante : dès qu’il y a un dysfonctionnement, on pond de nouvelles réformes de structures en faisant croire qu’on remédie aux problèmes ! On oublie les hommes et femmes qui passent après les petits règlements de comptes entre hautes autorités. »

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>