Du plan Fer-à-cheval aux « armes de destruction massive en Irak » : comment les comploteurs se sont fait la main avant le covidisme.

À ceux qui ont la mémoire courte.

Du plan Fer-à-cheval aux « armes de destruction massive en Irak » : comment les comploteurs se sont fait la main avant le covidisme.

Comment les comploteurs ont inventé l’épithète orwellienne de « complotistes » pour disqualifier les lanceurs d’alerte qui dénoncent leurs agissements.

mercredi 10 février 2021, par Lionel Labosse

Petit retour en arrière : première Guerre du Golfe en 1990-1991, menée par George H. W. Bush. Le dangereux « complotiste » Francis Lalanne, en concert à l’époque au théâtre du Gymnase, avait mis en garde son public (dont j’étais) contre cette guerre au profil de jeu vidéo. Ministre de la Défense des gouvernements Rocard, Jean-Pierre Chevènement démissionne le 29 janvier 1991 pour protester contre l’engagement de l’armée française dans cette guerre : « il n’y avait pas de gloire à frapper un petit peuple qu’on a déjà ramené cinquante ans en arrière » (Voir Les Échos, article du 20 janvier 1993). Bien que fan du chanteur, le jeune con que j’étais à l’époque avait cédé à la fascination des images télégéniques d’attaques aériennes sur l’Irak diffusées par la propagande de guerre, et Chevènement avec son côté vieille France faisait un peu repoussoir. J’ai honte de ce souvenir, mais il me rappelle qu’il faut considérer avec indulgence & bienveillance l’aveuglement de certains jeunes. Et je n’étais pas si jeune en 1991, j’avais 25 ans, j’étais objecteur de conscience, mais j’avais cette maladie du doute perpétuel qui me faisait remettre en question même mes propres engagements ! Quand j’avais fini par comprendre que je m’étais fait rouler dans la farine, j’avais juré qu’on ne m’y prendrait plus, et j’ai tenu parole. Ce ne sont pas les militaires qui sont en cause, en fait, ce sont les fous qui les dirigent. Le fait qu’un site comme Profession gendarme dénonce la folie covidiste est une preuve touchante que, malgré la corruption, il y a parmi les militaires autant que parmi les médecins, une proportion rassurante de gens honnêtes & fidèles à leur engagement pour la patrie pour les uns, envers le serment d’Hippocrate pour les autres. Mon engagement d’objecteur n’est pas tant de ne pas me servir d’une arme, que de ne pas obéir à un ordre avec lequel je ne suis pas d’accord. Je n’aimerais pas être aujourd’hui à la place du médecin qui a convaincu Camille Le Houx, doyen des Bretons, de se faire « vacciner » comme l’a révélé Profession gendarme, ni à la place de l’infirmière qui lui a injecté le produit qui a entraîné sa mort 5 jours plus tard. Les soignants devraient aussi souscrire au statut d’objecteur de conscience, à défaut du serment d’Hippocrate.

Cet article revient sur les complots internationaux qui ont depuis une trentaine d’années imperceptiblement changé la face de notre monde et transformé nos démocraties en dictatures sécuritaires avec l’assentiment de la « majorité compacte » selon le mot d’Ibsen dans Un ennemi du peuple. Il constitue une tentative de tirer de l’erreur la masse de nos concitoyens qui n’osent pas remettre en cause la bonne foi de nos dirigeants. Je sais que pour un citoyen légitimiste, le fait de reconnaître qu’un président de république ou un ministre ne veuille pas le bien de son peuple est aussi impossible à penser que le fait de reconnaître qu’un père est incestueux. Mais ce sont des choses qui arrivent, et il nous faut faire avec. Je demande pardon d’avance au lecteur de bonne foi, car il est impossible de ne pas choquer quelqu’un qui croit que la terre est plate quand on lui apprend qu’elle est ronde. Et pourtant, elle tourne !

Les complots Fer-à-Cheval & Guerre du Golfe II

Dix ans plus tard, c’est la guerre d’Irak ou seconde guerre du Golfe, nouveau jeu vidéo pour chefs d’État psychopathes inventé par George W. Bush, fils du premier et nouvel autocrate va-t-en-guerre des États-Unis. Ayant enfin reconnu mon erreur de jeunesse, je ne me fais plus avoir, et je dénonce la fake news des « armes de destruction massive ». En France, cette posture (dénoncer les comploteurs pris la main dans le sac) est facilitée par le fait que Jacques Chirac, quoi qu’on pense de lui, avait eu le courage de mettre la France hors du complot mené par au moins trois chefs d’État convaincus par le complexe militaro-industriel (avec ou sans pot-de-vin, cela reste à démontrer). Même si je suis « de gauche », je ne me fais plus avoir, et la détestation que j’éprouve envers Chirac ne m’aveugle plus, je soutiens sa position anti-guerre, échaudé par ma méprise de la précédente guerre du Golfe. Voici ce que nous rappelle l’hebdomadaire Marianne : « Lorsque les États-Unis décidèrent d’envahir l’Irak, en 2003, sur la foi d’un mensonge d’État [1] (les armes de destruction massive inexistantes qu’était censé posséder Saddam Hussein), le camp atlantiste se rassembla comme un seul homme autour du président américain George W. Bush. Tony Blair et José Maria Aznar, alors Premiers ministres du Royaume-Uni et d’Espagne, y allèrent de leurs encouragements. D’autres montèrent dans l’armada en se faisant plus ou moins discrets. Un seul chef d’État occidental osa dire « Non » avec courage, fermeté et détermination : Jacques Chirac. » J’ai à plusieurs reprises étudié avec mes élèves de Première un beau texte de journalisme digne d’Albert Londres, d’Ignacio Ramonet sur les « Mensonges d’État » lors de cette guerre d’Irak. On pourra en publier d’autres similaires sur les mensonges de la presse d’État dont nous nous torchons en France, nous les complotistes, mais que la partie « bêtes à cornes » de la population (selon la formule de Nietzsche) persiste à lire sans esprit critique malgré les innombrables preuves de ses mensonges éhontés depuis des dizaines d’années.
Vous pourriez arrêter de lire cet article ici, car vous avez la matrice de ce que les comploteurs d’il y a 18 ans avaient tenté, et auraient réussi sans la défection d’un seul homme, notre Jacques Chirac. Je dis cela avec ironie car je l’ai moqué de son vivant, pour finir par reconnaître qu’avec Sarkoky, puis Hollande, puis Macron, nous n’avons cessé depuis de descendre degré après degré les cercles de l’enfer dans l’absolue nullité, voire nuisibilité, de l’homo politicus. Comment nous, peuple français, descendants de ceux qui ont pris la Bastille & vaincu le nazisme, avons pu mériter une telle ignominie que d’être présidés par ça ? C’est à croire que comme les virus, nous avons subi des variations, et que nous ne sommes plus le même peuple. Serions-nous devenus un peuple mutant ? Francis Lalanne a mille fois raison d’appeler à la destitution du chef de ce qu’Émile Zola appelait « des entités, des esprits de malfaisance sociale ». J’en profite pour rappeler que Zola est le chef de file des complotistes : « C’est un crime d’avoir accusé de troubler la France ceux qui la veulent généreuse, à la tête des nations libres et justes, lorsqu’on ourdit soi-même l’impudent COMPLOT d’imposer l’erreur, devant le monde entier ». Cet extrait de « J’Accuse… ! » peut resservir tel quel, mais Zola serait écarté d’une pichenette par tous les commissaires politiques des cafés du commerce de la France macroniste, qui n’ont pas l’excuse de la jeunesse.
Avant d’en arriver au complot de la « pandémie de Covid-19 », revenons encore un peu plus loin en arrière, avec ce que Serge Halimi & Pierre Rimbert appellent « Le plus gros bobard de la fin du XXe siècle » dans leur article du Monde diplomatique. Le Plan Fer-à-cheval était un complot d’origine bulgaro-teutonne, qui justifia l’intervention de l’OTAN et les bombardements de la Serbie, répétition générale de la guerre d’Irak. Un document bidon made in Bulgaria, relayé par les services secrets allemands, le tout publicisé & justifié par une presse occidentale qui avait besoin de projeter sur un conflit complexe, un récit simpliste & manichéen, avec les atroces génocidaires Serbes face aux gentils Bosniaques & pauvres Kosovars. On notera que L’Immonde & Collaboration ont accordé un article après coup à cette affaire sans faire, une fois de plus, le moindre mea culpa. Lire l’analyse par Acrimed de cette attitude que le même torchecul applique actuellement à la farce tragique du Covid, avec la même crédulité de ses lecteurs. On parle d’électorat captif (comprendre électorat esclave), on pourrait aussi bien parler de lectorat captif, incapable de remettre en question la soupe qu’on lui sert en abusant de l’argument d’autorité (on est en plein dans l’expérience de Milgram). Je note d’ailleurs que Le Monde diplomatique utilise les doux euphémismes de « mensonges d’État » et « bobard », alors qu’il s’agit de complots, et de complots criminels qui auraient dû mener leurs auteurs devant la cour pénale internationale.

Le complot mondial du Covid

En 2020, le complot mondial appelé Covid-19 a réussi parce qu’au lieu d’un Chirac qui avait des couilles (selon des sources autorisées, on pouvait toucher l’une sans faire bouger l’autre) nous avons… le « blanc-bec » (comme dit Francis Lalanne dans son entrevue pour Nexus) que nous méritons, assorti de la bande de branquignols dont il s’est entouré. Pauvre France ! Remplacez le complexe militaro-industriel par les deux autres phares de la corruption systémique, cette fois-ci associés dans leur entreprise de réduction des citoyens en esclaves, Big pharma et les GAFAM, et vous obtenez la transformation magistrale des essais misérables des complots de 1999 & 2003 : le complot mondial réussi du Covid-19. Mutation universelle de la population du globe en esclaves de Bill Gates, Georges Soros & Big Pharma, avec la complicité des matons Macron, Merkel, Johnson & Cie. Pour ne donner qu’un exemple, en Allemagne, d’une part le ministère de l’Intérieur a influencé des scientifiques pour justifier les mesures covid, d’autre part le prétendu grand manitou de la stratégie contre la pandémie Christian Drosten est sévèrement remis en cause entre autres raisons pour son rôle dans l’instauration massive des tests PCR qui ont servi à monter de toute pièce le fantasme d’une épidémie gravissime. En France, le pouvoir refuse obstinément de répondre aux interpellations des parlementaires et autres forces vives à propos des conflits d’intérêt des scientifiques du conseil du même nom, rétribués par Gilead et autres labos, qui ont disqualifié le traitement proposé par le Pr Raoult et fait la promo du dangereux Remdesivir. Et il continue à ignorer les traitements précoces pour ne tester que de nouveaux produits onéreux & risqués. En fait seuls ceux que la presse d’État traite de « populistes », ont tenté et parfois réussi (cela dépend du niveau de corruption de la médecine dans leur pays) de laisser les médecins traiter les patients, tout en préservant au maximum les libertés publiques : Trump, Bolsonaro ou Narendra Modi (cf. « Spectaculaire recul du Covid-19 en Inde »).
Je cite l’article de Marianne : « Ce raisonnement absurde visait à faire oublier que Nicolas Sarkozy était entouré d’une camarilla de petits soldats qui ont cru à la fable [comprenez « fake news » et complot] des prétendues « armes de destruction massive » de Saddam Hussein, à l’image d’un Bernard Kouchner, ou d’un André Glusksmann (le père de Raphaël), à une époque où Barack Obama, lui, n’y croyait pas.
Pour ces gens-là, Jacques Chirac avait donc tout faux en 2003. André Glucksmann, Pascal Bruckner et le réalisateur Roman Goupil avaient publié une tribune commune dans
Le Monde où ils écrivaient : « Que Saddam parte, de gré ou de force ! Les Irakiens, Kurdes, chiites mais aussi bien sunnites respireront plus librement et les peuples de la région en seront soulagés ». De son côté, BHL était un peu plus hésitant, avant de dire lors d’une intervention aux États-Unis : « J’étais opposé à l’administration Bush quand elle a décidé d’entrer en guerre contre l’Irak. Mais aujourd’hui, nous y sommes, nous devons désormais finir le travail ». Des personnages susnommés, seul Pascal Bruckner fera son mea culpa.
Pour nos amis atlantistes, il était évident que la France s’était « mise hors jeu », qu’elle s’était « ridiculisée ». Tony Blair, en revanche, était salué comme un « véritable chef d’État ». À de rares exceptions, la plupart des partis politiques français critiqueront le choix de Jacques Chirac, certains n’hésitant pas à dénoncer un « nationalisme des imbéciles ».
Grâce à Wikileaks, on apprendra ensuite que des dirigeants du Parti socialiste s’étaient rendus à l’ambassade américaine à Paris pour exprimer leurs désaccords avec la position officielle de la France. Le 29 mai 2006, Pierre Moscovici, chargé à l’époque des relations internationales du PS, promit qu’un gouvernement socialiste se montrerait plus proaméricain que celui de Dominique de Villepin. Quelques jours plus tard, le 8 juin, Hollande, premier secrétaire du PS, regrettait devant l’ambassadeur des États-Unis que Chirac ait fait de
« l’obstruction gratuite » face au président américain. Quand il s’agit de sombrer dans l’atlantisme, certains sont imbattables. »
Si BHL s’est racheté lors de l’épidémie de covidisme avec son livre Ce virus qui rend fou, on note que les autres collabos du complot de 2003, n’ont pas fait amende honorable et n’ont rien dit contre le nouveau complot du covidisme, voire l’appuient de toutes leurs forces. Le torchon L’Immonde, loin d’avoir présenté ses excuses, touche les prébendes de Bill Gates, de l’État et autres milliardaires pour continuer à nous désinformer et à tenter de faire interdire France-Soir en encourageant, avec l’autre dazibao favori des comploteurs, Collaboration, la pétition pétainiste, soutenue par Bachelot contre France-Soir. Heureusement, elle plafonne à 1722 (pas un seul nouveau signataire en 24 h), alors que la pétition de la Résistance pour soutenir France-Soir a dépassé les 29 000 signatures. Les vrais Français ne sont pas dupes ! Parmi les autres chiens de garde des comploteurs, celui qui sans doute a été chargé de diffuser le spray de l’épithète orwellienne « complotiste » a pour pseudonyme (à moins qu’il ne s’agisse d’une marque déposée) « RUDY REICHSTADT ». Voici comment Profession gendarme lui répond le 10 février 2020. Pour apprendre (entre autres informations capitales) comment L’Immonde est payé par Bill Gates – par pure philanthropie bien entendu – visionnez le film de Bernard Crutzen Ceci n’est pas un complot, consacré principalement aux comploteurs belges.

Ceci n’est pas un complot from Ceci n’est pas un complot on Vimeo.

Voici des précisions tirées de RT France : « Dans une interview à Paris match publiée le 14 décembre 2018, Dominique de Villepin est revenu sur les événements ayant conduit à l’invasion de l’Irak par les troupes américaines en mars 2003. « Malheureusement, l’Histoire nous a donné raison. Elle a montré que la voie tracée par George Bush et les néoconservateurs était un chemin dangereux qui conduisait à la confrontation […] Or, tous les éléments étaient réunis pour que ces États, reposant souvent sur des bases fragiles, dans la main d’un pouvoir autoritaire nourrissant le sentiment d’injustice de leur peuple, puissent être tentés par d’autres aventures. Dans ce contexte, l’islamisme, force de résistance à la mondialisation, force de résistance à l’Occident, est devenu le fer de lance d’un combat jugé légitime par une partie importante des peuples de la région », expliquait l’ancien chef de la diplomatie de Jacques Chirac. Aujourd’hui, l’idée selon laquelle l’invasion américaine de l’Irak a mené à la création de Daesh et l’émergence de son « califat » en juin 2014 est largement acceptée. L’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, allié des États-Unis en 2003, reconnaissait sur cette question le 25 octobre 2015 sur CNN « des éléments de vérité ». » Fin de citation.
Je trouve cet article très diplomatique. Comprenez que les comploteurs criminels Bush, Blair, Aznar, et leurs complices en France, Sarkozy, Hollande, L’Immonde, etc., sont indirectement responsables de l’effondrement du monde arabe, de l’émergence de Daesh et des attentats terroristes que ce chaos a engendrés, ainsi que de la surenchère sécuritaire liberticide qui s’en est ensuivie, que le nouveau complot covidiste aggrave encore. Pour donner un exemple précis, à l’époque du terrible dictateur Saddam Hussein, l’homosexualité était tolérée en Irak. Grâce aux comploteurs Bush, Aznar, Blair, et à leurs complices Sarkozy, Hollande, L’Immonde, les homosexuels y sont désormais jetés vivants depuis le haut des immeubles. Merci M. Hollande : vous aviez contribué en sous-main à remplacer un dictateur laïc débonnaire par une dictature religieuse sanguinaire et homophobe, mais avec votre mariage gay vous vous êtes tressé une aura d’égérie des gays.
Il faudra attendre 2016, 13 ans après les faits, pour que l’ignoble Tony Blair reconnaisse sa participation à ce complot international, trois ans après Colin Powell, et sa petite fiole, qui s’en tire avec une excuse à peu près aussi crédible que celles de mes élèves pris en flagrant délit de copiage. Mais ces menteurs d’État sont encore en liberté, et L’Immonde n’a pas présenté la moindre excuse, et nous tartine toujours, à grand renfort de subventions d’État, ses leçons de déontologie. Nous payons des impôts pour que ce torchon comploteur continue à épandre le purin de ses fake news. Les plumitifs qui nous ont fait croire à ces mensonges criminels continuent en toute impunité à nous faire avaler d’autres mensonges tout aussi criminels sur le covidisme, comme le chiffre complètement bidon de « 400 000 morts » de Macron, aussi délirant que le fameux « 70 % de la population sera infectée » de Merkel. Ils se sont améliorés, car ces acteurs n’ont plus besoin de ta fiole, Powell, pour nous terroriser, juste des formules incantatoires et des regards hypnotiseurs.

Nous sommes en guerre : plus besoin de ta fiole, Powell, pour hypnotiser les veaux.

Si vous croyez encore ces comploteurs, vous êtes bien à plaindre. Réveillez-vous avant qu’ils ne nous réduisent en esclavage. Voyez l’article de Wikipédia Armes de destruction massive en Irak pour en savoir plus sur ce complot. Le complot Covid, bien plus réussi que le complot « Armes de destruction massive », ayant eu lieu en 2020, nous faudra-t-il attendre 2030 pour que les criminels soient confondus, et resteront-ils eux aussi impunis après avoir ruiné notre économie ?

Blair lied, thousands died. Défilé de complotistes pour dénoncer le comploteur Tony Blair.

Voyez sur cette photo d’ignobles « complotistes » défilant à Londres pour dénoncer le comploteur Tony Blair, indirectement responsable de Daesh, des attentats terroristes & des assassinats d’homosexuels en Irak. Petit rappel historique sur L’Immonde, torchon récidiviste, pour ceux qui ont la mémoire courte. Soutien au génocide khmer rouge, comme toute la presse de gauche de l’époque. Jamais d’excuses et persistance dans le dénigrement de tout ce qui fait la France qui se bat, les Raoult et consorts, opposés à la France défaitiste qui vous explique qu’il ne faut surtout pas soigner les gens, empêcher les vieux de voir leur famille, les laisser crever dans l’abandon, le syndrome de glissement et le ©Rivérantril.

Presse. Ne pas avaler. Affiche de mai 1968.

Chacun d’entre nous peut éprouver la tendance pathologique du troupeau moutruchier à suivre la doxa matraquée par la presse collaborationniste qu’ils persistent à lire, voir ou écouter. La déchéance de l’esprit critique français depuis mai 1968 est affligeante. En 68, les étudiants et les syndicalistes appelaient à se méfier de la presse, mais aujourd’hui, la doxa, y compris chez des gens qui se prétendent intellectuels, se limite à dire béni-oui-oui aux mensonges éhontés que publient et surtout à nier les vérités que cachent les médias d’État corrompus par les industries de la pharmacie, de l’informatique, du complexe militaro-industriel (actuellement la presse d’État s’emploie à nier l’évidence de l’étude publiée le 5 janvier par John Ioannidis, meilleur épidémiologiste actuel, prouvant la nocivité des confinements). Nous sommes désormais étiquetés « complotistes », et beaucoup de nos concitoyens ont subi un tel lavage de cerveau qu’avec leur QI de 1 ils sont sincèrement persuadés d’être supérieurs en médecine au Pr Raoult ou au Prix Nobel Luc Montagnier, et se mouchant matin et soir avec Collaboration, Radio-Paris et L’Immonde, ils s’imaginent que ce gargarisme d’huile de ricin s’appelle « penser ». Ces journaux ont pourtant publié la nouvelle édifiante de la rétrogradation de la France par The Economist au rang des « démocraties défaillantes », mais c’est sur Raoult qu’il leur plaît de cracher, c’est vraiment à cause de Raoult, de Perronne et de Montagnier que nous vivons cette situation chaotique dont seule une insurrection semble pouvoir nous sortir, puisque la solution constitutionnelle proposée par Francis Lalanne ou la motion de censure proposée par Martine Wonner ne semblent pas en mesure de faire sortir de leur léthargie le nombre pourtant modeste de parlementaires nécessaire.
Bref, une petite séance de rééducation s’impose. Les médias financés par l’État, Bill Gates, Georges Soros & Big pharma – Macronie actuellement, mais idem pour Hollandie et Sarkozie – nous matraquent du matin au soir que le complotisme, blabla, France-Soir, blabla, populisme, Trump, Bolsonaro, blabla. Bien. La vérité, c’est que les « complotistes » dont je fais partie, dénoncent des comploteurs sans guillemets, complices des assassins, le comploteur Tony Blair, les comploteurs Nicolas Sarkozy, François Hollande, et les torchons comploteurs payés par nos impôts, L’Immonde, Collaboration, etc., qui appellent à censurer France-Soir.
Un complot ni reconnu comme tel (tant qu’on ne le qualifie que de « mensonge » ou « bobard ») ni condamné, est appelé à se répéter selon la même mécanique ad vitam æternam, de même que le voleur à la tire ne cesse que s’il est pris la main dans le sac et condamné. Pourquoi changer la recette si tout le troupeau trouve l’auge et la bauge à son goût ? Pour qui a lu Hannah Arendt et a compris son concept de « banalité du mal », Powell et nos voisins, collègues, amis, sont de simples humains comme les autres. Comme chacun nous cherchons ce qui est plus aisé à vivre au quotidien, socialement et nous justifions moralement nos petits & nos grands arrangements avec le monde. Le complotiste, qu’il ait tort ou raison, se risque à l’ostracisme comme toute personne qui ne se sent pas à l’aise dans le troupeau.
Choisis ton camp, camarade, mais rappelle-toi que le danger, ce ne sont pas les « complotistes », mais les comploteurs, et sans guillemets. Maintenant voici votre devoir maison pour la semaine prochaine : dans la crise du covidisme, qui sont les comploteurs ? Quels sont leurs crimes ? Combien de victimes ? Resteront-ils impunis comme Tony Blair, Colin Powell ou George Bush ? Que pouvez-vous faire, vous en tant que citoyen, oui, vous au singulier, toi, lecteur « complotiste », pour mettre ces comploteurs hors d’état de nuire ?
Cet article est fait exprès pour envoyer à tes correspondants atteints de covidisme. Ce n’est pas de leur faute. Soit ils continueront à te traiter de « complotiste » (donc assume le stigmate comme je le fais) soit ils te remercieront de les avoir tirés de leur « bouffée délirante », comme l’expliquait le Pr Raoult invité de LCI le 16 septembre 2020 (41e minute, un grand moment de télévision). De toute façon on n’a plus le choix, face à la tyrannie, il faut se soumettre ou se battre. Le choix est clair : accepter les tentatives de suicide des enfants, les suicides des entrepreneurs, les injections létales d’essais thérapeutiques frauduleusement nommés « vaccins » à des personnes incapables de donner leur consentement éclairé et qui en meurent, ou se révolter et réveiller la population entière en proie comme nos aînés dans les Ehpad au syndrome de glissement ?

Quelques liens pour se réinformer

- Une vidéo assez brève « Morts de peur » qui résume la manipulation par les chiffres de cette épidémie.
- Vidéo de « Décoder l’eco » qui explique l’effet du baby boom sur la mortalité, et l’« effet moisson ».
- Excellent résumé du complot en 12 minutes chrono, par Amélie Paul, complotiste canadienne pour « Les Nouvelles de la VÉRITÉ BRUTALE ».
- La vidéo hebdomadaire du Pr Raoult sur le site de l’IHU Méditerranée infection datée du 9 février : « Ni dernier de la classe, ni girouette » (ci-dessus). Comme d’habitude il s’emploie à nous rassurer là où la clique des plumitifs & des médecins numériques s’emploie à nous terroriser, et tout en rappelant qu’il est impossible de prévoir le déroulement d’une épidémie, il imagine que peut-être tout cela va disparaître comme c’est arrivé. La veille hebdomadaire que je fais d’après le site de la John Hopkins University révèle d’ailleurs ce mardi 9 février un tassement spectaculaire de plus de 16 % de tests positifs en moins et de plus de 9 % de morts en moins au niveau mondial par rapport à la semaine précédente, et ce malgré les délires de tests tous azimuts effectués dans les pays où la gestion de la crise est la plus déraisonnable, et la France remporte le pompon en la matière. Désormais, la situation est en voie d’amélioration dans TOUS les pays limitrophes de la France, de l’Espagne au Royaume-Uni. Le seul pays où l’on maintient coûte que coûte le nombre de tests à un niveau élevé (mais en légère baisse quand même et avec un taux également en baisse) c’est la France ! Mais John Ioannidis a tort, et Véran a raison : la preuve : un plumitif nous l’explique en 2 paragraphes… Ils ont toujours raison !
- Comme la plus délirante fake news que le complexe médiatico-politicien est parvenu à faire passer auprès du peuple naïf, est que le Pr Raoult serait un dingo isolé, il convient de revenir à cet article de Coccyxgrue : « Bienvenue au royaume des « rassuristes » ».
- Une nouvelle version du film Hold-Up est annoncée pour le 15 février. La bande-annonce est concentrée sur la question de l’origine humaine du virus, thèse qui a gagné du terrain ces derniers temps, en dépit des haussements d’épaules des khmers & autres bignoles de l’info.

Lionel Labosse

- Le dessin de Caly provient du site profession-spectacle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>