Wormhout: «Voisins vigilants», la gendarmerie lance un appel à la participation citoyenne


Le major Malecki et l’adjudant Deconinck appellent à la vigilance de tous pour faire baisser la délinquance.
VDN

Le major Malecki et l’adjudant Deconinck appellent à la vigilance de tous pour faire baisser la délinquance.

Le major Malecki et l’adjudant Deconinck, membres du groupement de gendarmerie du Nord, sont intervenus pour présenter aux Wormhoutois le dispositif Voisins vigilants.

Frédéric Devos, maire, s’est exprimé sur la mise en place de ce dispositif : « Cette réunion publique est la première étape du système que l’on appelle vigilance citoyenne, en coopération avec les forces de l’ordre, les élus et les citoyens. Cette action commune consiste à lutter contre toute forme de délinquance. C’est le fruit d’un travail en amont avec la nouvelle municipalité. La deuxième étape sera la validation de cette opération par le conseil municipal. Enfin, la dernière étape consistera en une réunion en sous-préfecture de toutes les communes concernées. »

Sur la base du volontariat

Le concept de Voisins vigilants est apparu aux États-Unis et en Grande-Bretagne il y a une vingtaine d’années. Il existe en France depuis 2006. Les gendarmes ont précisé : « Il ne s’agit pas d’un système fondé sur la délation entre voisins. Les milices, c’est bel et bien fini. »

Le protocole est mis en place sur la base du volontariat. Chaque volontaire est invité à se faire connaître auprès du maire qui transmettra les renseignements nécessaires à la gendarmerie. Le but est de mettre en œuvre un réseau de vigilance citoyenne en vue de prévenir des actes délictueux.

« Il ne s’agit pas de jouer les justiciers »

« Il ne s’agit pas de jouer les justiciers dans sa rue ou son quartier », rappelle l’adjudant Deconinck. Si une personne repère un véhicule suspect, un individu qui rôde…, il donne l’alerte au référent du secteur.

C’est bien ce concept de « référent » que les gendarmes ont eu peine à expliquer aux futurs adhérents du dispositif. « Sur la liste des personnes volontaires en tant que voisins vigilants, seront retenues quelques personnes qui vont être nommées référent de secteur. Ces personnes seront conviées à des réunions semestrielles pour faire le point et connaître certaines informations, par exemple sur le type de cambriolages en cours dans le secteur. Ce référent peut ou non se faire connaître auprès des habitants », précise le major Malecki.

Enfin, une signalétique sera mise en place, de préférence à l’entrée des communes – et non sur les boîtes aux lettres, pour ne pas attiser la fougue de certaines personnes mal intentionnées contre les bénévoles.

Par la suite, il est prévu de mettre en place un dispositif de vidéosurveillance dans les endroits « sensibles » des communes.

Des réactions partagées

Les réactions restent partagées sur le concept. Pour Christophe Degrand, adjoint à la Sécurité, « il ne faut surtout pas avoir peur de déclarer ce qui n’est pas normal. Les habitants ne seront en aucun cas confrontés aux délinquants ».

Des personnes préférant rester anonymes se sont par ailleurs exprimées. Une dame résidant sur la place indique : « Je suis vigilante. J’habite en centre-ville et je regarde souvent si rien d’inhabituel ne se passe. Une voiture stationnait depuis plusieurs jours en bas de chez moi. J’ai appelé la gendarmerie et j’ai très bien fait : le véhicule a disparu peu de temps après leur intervention. Je me suis mise sur la liste. »

Quant à l’autre personne interrogée sur le sujet, elle répond : « C’est tout aussi bien de faire le 17 directement, puis d’appeler le maire ensuite, mais je ne me mettrai pas sur la liste. Je n’en vois pas vraiment l’intérêt. »

À la fin de la réunion, la liste comptait déjà plus d’une dizaine d’inscrits. La municipalité attend encore des volontaires. E. B.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.