Vols d’huîtres. Les gendarmes en force

Surveillance des parcs à huîtres en rivière de Pénerf. Surveillance des parcs à huîtres en rivière de Pénerf.

Des huîtres de Noël dans les parcs prêtes à être mises en bourriche. C’est tentant. Les concessions ostréicoles sont tous les ans la cible de vols. Les professionnels prennent leurs précautions. Cela ne suffit pas. Les gendarmes étaient en surveillance dans la nuit de jeudi à vendredi dans le Morbihan.

La compagnie de gendarmerie de Vannes n’avait pas lésiné sur les moyens. Trente-neuf militaires de la brigade nautique de Quiberon, de la brigade de surveillance du littoral de Lorient et des brigades de Vannes, Theix-Noyalo, Muzillac étaient mobilisés pour cette opération de dissuasion menée sur mer et sur terre. Il ne manquait que les airs. Un hélicoptère devait partir de Rennes muni d’une caméra thermique portant à trois kilomètres. Mais l’appareil, compte tenu du plafond trop bas, n’a pas pu décoller.

Des motos tout terrain

En pleine nuit, les plongeurs de la brigade nautique de Quiberon ont mis leur semi-rigide à l’eau à la cale de Pénerf. Pendant ce temps, deux gendarmes maritimes partaient en trombe sur leurs motos tout terrain pour aller le long du littoral d’un chantier à l’autre. Cette opération englobait les rives de la Vilaine, la presqu’île de Rhuys et le golfe jusqu’à Baden. Un dispositif complété par la présence de voitures de gendarmerie sur les routes avec réquisition du procureur de la République autorisant l’ouverture des coffres. Le commandant Françoise Poulin, chef de la compagnie de gendarmerie de Vannes et le capitaine Coïc, ainsi qu’un officier venu de Rennes étaient sur place.

Alerte sur le golfe

Les gendarmes plongeurs de la brigade nautique de Quiberon se sont laissés glisser à bord de leur embarcation moteur au ralenti le long des parcs. Ils ont remonté la rivière jusqu’à la limite des concessions. Mais rien d’anormal en cette nuit d’encre percée par leur puissante lampe sur le secteur de Pénerf, Pen Cadénic, Surzur. Une information, toutefois, parvenait de la part de gendarmes postés près du golfe. Une embarcation était repérée naviguant tous feux éteints entre Arradon et l’Ile-aux-Moines. Les hommes de la brigade nautique qui, à ce moment avaient remonté leur bateau, se mettaient aussitôt en route vers Larmor-Baden pour reprendre la mer. En vain, il n’y avait plus personne. Sans doute des rôdeurs sur les parcs à huîtres ou en braconnage sur les zones de palourdes.

Des fourgons repérés

La gendarmerie mène depuis quelques années des opérations de ce style à l’approche des fêtes. Difficile de prendre des contrevenants les mains dans les poches d’huîtres. L’effet est surtout préventif. Si de gros vols d’huîtres n’ont pas été signalés ces derniers temps, la prudence reste de mise. « Des fourgons ont été repérés il y a trois jours entre Arradon et Baden », indique le capitaine Coïc. « Il faut maintenir la vigilance », souligne Philippe Le Gal, président de la section ostréicole du Morbihan. Des professionnels, de leur côté, ont pris des moyens en protégeant leurs bassins de grillages et d’alarmes. « Les voleurs, surtout quand il s’agit de quantités importantes, sont des professionnels, qui ne sont pas forcément de la région. Et les vols ne se produisent pas seulement à l’époque des fêtes », indique un gendarme. C’est pourquoi les gardes jurés jouent un rôle important à l’année. Assermentés et dotés de moyens nautiques, ils ont une mission de guetteur du littoral. Ils sont deux dans le Morbihan : l’un dépendant du Comité départemental des pêches, l’autre de la section ostréicole. « Il est question de les réunir au sein d’une même unité, annonce Philippe Le Gal. Ce sera plus efficace pour nos missions qui ne portent pas que sur la sécurité mais aussi l’assistance et le conseil aux professionnels ».
Source : Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.