Violences sexuelles dans l’armée : MAM tombe des nues

L’ancienne ministre de la Défense n’a entendu parler que de deux cas et non d’une quarantaine, comme l’affirme un livre récemment paru.

Michèle Alliot-Marie estime normal de ne pas avoir été au courant, car "l'armée a un fonctionnement un peu particulier."
Michèle Alliot-Marie estime normal de ne pas avoir été au courant, car “l’armée a un fonctionnement un peu particulier.” © Witt/Sipa
Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense de 2002 à 2007, n’a “absolument pas” entendu parler de la quarantaine de cas de violences sexuelles subies par des femmes au sein de l’armée française. Ce chiffre est évoqué dans un livre, La guerre invisible, de Leila Minano et Julia Pascual. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a ordonné une enquête après ces révélations, selon lesquelles il y aurait eu une quarantaine de cas d’agressions sexuelles ou de harcèlement survenus ces dernières années au sein de l’armée française, la plus féminisée d’Europe. “Je n’ai entendu parler que de deux situations”, a déclaré Mme Alliot-Marie lundi sur Europe 1.N’a-t-elle pas été au courant d’un aussi grand nombre de cas, comme évoqué dans ce livre ? “Non, absolument pas. Ça ne remontait pas jusqu’à moi. Ce qui n’est d’ailleurs a priori pas tellement étonnant parce que l’armée a un fonctionnement un peu particulier. On essaie de régler les problèmes”, a répondu l’ancienne ministre de la Défense.

Les services concernés par l’enquête ordonnée par M. Le Drian devront rendre leurs conclusions d’ici fin mars. Ils devront formuler des recommandations qui constitueront “un plan d’action vigoureux” pour combattre de tels agissements.

Source et Témoignages vidéo : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *