Vincent Marescaux est à la tête de 147 gendarmes

Le chef d'escadron Vincent Marescaux, 38 ans, a officiellement pris le commandement de la compagnie de gendarmerie de Quimper, lundi matin à Loctudy.

Le chef d’escadron Vincent Marescaux, 38 ans, a officiellement pris le commandement de la compagnie de gendarmerie de Quimper, lundi matin à Loctudy. |

Le chef d’escadron a pris le commandement de la compagnie de gendarmerie de Quimper, officiellement, lundi à Loctudy. L’occasion de revenir sur l’organisation de ses unités.

Pourquoi, comment ?

Qui est Vincent Marescaux ?

À 38 ans, le nouveau chef d’escadron a pris la tête de la compagnie de gendarmerie de Quimper le 1er août. Il est officiellement devenu le nouveau chef de 147 gendarmes, lundi matin lors de sa prise de commandement au manoir de Kérazan à Loctudy.

Quel est son parcours ?

Avant de rejoindre la gendarmerie départementale, ce fils de militaire et père d’un garçon de trois mois, a effectué son parcours dans l’Armée. Unités d’élite, missions en Opex (opérations extérieures) au Sénégal, au Kosovo, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire et au Gabon, mais aussi en France (Polynésie française et Guyane) ont jalonné ses premières années. Parachutiste, instructeur commando, Vincent Marescaux a aussi été responsable d’une unité cynotechnique (maître-chien) et travaillé en gendarmerie mobile.

Qui est Icare ?

Le chien qui l’accompagne depuis ses années dans une équipe cynotechnique. Il porte fièrement une moisson de médailles sur son foulard, tranquillement allongé dans la pelouse en ce matin ensoleillé de prise de commandement de son maître. Un homme de terrain et de « combat », comme l’a souligné lors de son discours Thierry Lescouarc’h, le procureur de la République de Quimper. Le colonel Richard Pégourié, commandant le groupement de gendarmerie du Finistère, a témoigné sa confiance à Vincent Marescaux pour piloter « un territoire marqué par sa diversité entre les différents pays, où la vie économique et sociale est très riche ».

Quels faits marquent ce territoire ?

Les trafics de stupéfiants qui sont « un vrai sujet ici, avec des polytoxicomanies et la présence d’alcool », souligne le procureur, sans oublier de pointer « la délinquance routière ». Plusieurs gendarmes de la brigade de recherche de Quimper ont justement été distingués lundi pour avoir fait tomber un important trafic d’héroïne et de cocaïne entre Finistère et Normandie (Ouest-France du 22 au 28 septembre). Les adjudant-chefs D’Ambros (Fouesnant), Chagnon (Audierne), les chefs Libouban (Douarnenez) et Balayn (Pont-l’Abbé) ont reçu une lettre de félicitations du commandant de la région Ouest.

Comment est organisée la compagnie ?

Les militaires de la brigade de recherche (BR) et du Peloton de surveillance et d’intervention (Psig) sont abrités route de Pont-l’Abbé à Quimper. Douarnenez dispose d’une brigade, tout comme Fouesnant, et d’un Psig. Les communautés de brigades sont installées à Audierne-Plogastel-Saint-Germain et Pont-l’Abbé-Le Guilvinec.

Quelles sont les priorités de Vincent Marescaux ?

« Maintenir le cap de mon prédécesseur », Pierre Lamarre, « avec deux points particuliers : le maintien de la sécurité routière et un travail sur les cambriolages. »

Ses hommes seront mobilisés pour les prochains championnats du monde de windsurf à la Torche, du 22 au 30 octobre.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.