Vaucluse : un embaumeur stockait des poches de sang sous terre

Les gendarmes ont visité un thanatopracteur de la région de Châteaurenard

Faits divers - Justice - Actualités - Vaucluse : un embaumeur stockait des poches de sang sous terre
La réglementation impose aux thanatopracteurs de conserver, avant incinération, le sang des défunts dans des espaces préservés. Ce n’est visiblement pas le cas ici. C’est ce que l’expert Christian Ruffault a dénoncé hier à Châteaurenard. Photos A.ESPOSITO

Depuis hier, les gendarmes de la brigade de Châteaurenard se retrouvent confrontés à une enquête pour le moins inhabituelle. L’affaire a débuté en début d’après-midi, lorsqu’un monsieur s’est présenté à la gendarmerie dans le but, expliquait-il, de dénoncer des pratiques, selon lui tout à fait illégales. En l’occurrence celles d’un embaumeur qui professe dans un village proche, en matière de gestion du sang des corps qu’il se trouve amené à traiter. En clair, au lieu de conserver dans des zones préservées et inaccessibles le sang prélevé des défunts qui ont subi des traitements de conservation, ce professionnel le stockerait quasiment sur la voie publique, dans ce qui ressemble à un local à poubelle, dont la porte est non verrouillée et accessible à n’importe qui. C’est là, toujours selon le monsieur, qu’une fois par semaine, un transporteur viendrait prendre en charge les poches de sang avant de les conduire à l’incinérateur.

“Du sang humain, c’est inadmissible !”

Les gendarmes se sont alors rendus sur les lieux avec leur visiteur inattendu et ont effectivement constaté la présence de poches de sang dont leur visiteur leur a assuré qu’il s’agit à 100 % de sang humain. Il faut dire que le monsieur n’est pas n’importe qui. Christian Raffault, puisqu’il s’agit de lui, est un thanatopracteur parisien qui a exercé pendant 40 ans, et qui a notamment embaumé Serge Gainsbourg ou Pierre Mendes-France. Bien que retraité, celui que l’on surnomme dans le milieu professionnel “l’embaumeur des stars” est désormais expert agréé en thanatologie près la Cour européenne et intervient dans des dossiers très douloureux, comme ce fut le cas après la tuerie du musée du Bardo. Christian Raffault, qui a également contacté La Provence, a expliqué hier que, très au fait de ce qui se déroule dans la profession, il avait eu vent de pratiques “… inadmissibles dans une entreprise de thanatopraxie de la région de Châteaurenard”.

Si j’ai décidé de les dénoncer, c’est qu’elles portent atteinte à la profession. Le sang retiré des corps avant que ne soient pratiqués des soins de conservation doit être placé dans des lieux frigorifiés, avec des sols lavables, une source d’eau, et surtout doit se trouver dans des espaces confinés et inaccessibles en dehors des professionnels. Enfin, tout cela est extrêmement réglementé et ici, rien ne respecte la réglementation”, conclut l’expert. Présent jeudi soir en Provence, où il assistait, à Marseille, à une réunion de la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF), Christian Raffault a décidé de passer par la région de Châteaurenard pour vérifier ses informations. Une fois certain que l’entreposage de poches de sang se faisait dans un lieu qu’il estime totalement inadapté, il s’est rendu à la gendarmerie pour dénoncer les pratiques de ce confrère qui sous-traite pour les sociétés de pompes funèbres. Hier soir, les gendarmes, qui auraient entendu le responsable de la société concernée par ces faits, se refusaient à tout commentaire.

Source : La Provence.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *