Vastes contrôles de gendarmerie dans le Calvados

52 gendarmes étaient mobilisés au péage de Dozulé, cet après-midi

52 gendarmes étaient mobilisés au péage de Dozulé, cet après-midi | OF

Dans le cadre du plan Vigipirate, cinq opérations avaient lieu en différents endroits du département, ce jeudi. La plus importante concernait le péage de Dozulé.

“Ce n’est pas un contrôle de sécurité routière classique.”  Cet après-midi, vers 14 h 20, le commandant de l’EDSR (Escadron départemental de la sécurité routière) Emmanuel Weber donnait les dernières consignes à ses 52 gendarmes aux abords du péage de Dozulé, sur l’A13.

Arrêtés dans les deux sens, les conducteurs ne devaient pas simplement montrer leur permis. Leurs papiers d’identité étaient retenus quelques minutes, le temps de les comparer au fichier des gendarmes. Dans le cadre législatif de l’état d’urgence, les coffres étaient également fouillés, avec, parfois, intervention de maîtres chiens.

Les coffres des véhicules étaient fouillés

Cette opération était l’une des cinq actions menées dans le Calvados, entre 14 h 30 et 16 h 30, dans le cadre du plan Vigipirate. D’autres équipes de gendarmerie intervenaient simultanément au terminal transfrontalier de Ouistreham, dans les gares de Bayeux, Vire et Mézidon-Canon, dans les trains en direction de Caen et de Flers et sur les routes de Moult et de Thury-Harcourt.

“Depuis deux semaines, la lutte contre la délinquance et en particulier la prévention des actes de terrorisme est notre priorité, a expliqué le colonel Bruno Bresson, commandant de la région de gendarmerie de Basse-Normandie. Nous sommes très présents sur les voies de communication, mais aussi pour sécuriser les lieux de rassemblements de personnes.”

 

Le contrôle des axes de communication est devenu la priorité de la gendarmerie

Cent dix militaires étaient mobilisés, toutes opérations confondues. Parmi eux, trois équipes cynophiles et une vingtaine de réservistes. Tous les jours depuis deux semaines, 170 à 230 gendarmes contrôlent les routes du Calvados.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *