Une rentrée de rébellion ou de soumission ?

par WD

Dans l’espace public, on nous promet une rentrée agitée, une rentrée revendicatrice, une rentrée de contestation. Au regard du quorum de gens qui porte encore le masque malgré les aveux de Delfraissy ou l’affirmation de l’AFNOR sur l’inutilité de l’objet ou encore sur l’abstraction qu’il fait sur les déclarations des pointures médicales type Raoult-Perronne, le doute s’installe. L’ensemble de la population est complètement hypnotisé par la propagande médiatique aux ordres.

Le bilan de cette fin estivale est catastrophique. Les incendies criminels qui ont ravagé notre territoire nous ont démontré le manque et l’obsolescence du matériel dédié et qu’il a manqué les 5000 pompiers suspendus. Dans les hôpitaux, les urgences ferment la nuit et les services sont saturés fautes de la présence du personnel soignant lui aussi suspendu. Globalement, il n’y a pas d’argent pour entretenir la sécurité des biens et des personnes, mais il y en a toujours pour maintenir la folie de Zélenski.

La position suicidaire de la commission européenne et ses affidés ont déclenché des sanctions économiques contre la Russie. Le résultat est catastrophique pour nous. L’industrie et l’agriculture sont directement impactées par le manque et le coût des fournitures énergétiques et des entrants. Certaines unités de production ont déjà arrêté leurs productions. Le public souffre de la haute des prix alimentaires et énergétiques. Il devra serrer drastiquement sa ceinture dans les prochains mois.

L’Euro dévisse, ce qui amplifie l’inflation et impacte mécaniquement le pouvoir d’achat. Alors oui, la rentrée va être compliquée, d’autant que l’exécutif va avoir les mains libres tout Septembre puisque l’assemblée nationale brillera par son absence. Nous savons bien que Macron mise sur le CNR (Conseil national de la refondation) pour zapper les oppositions potentielles. Rappelons que le CNR réuni les forces politiques, économiques, sociales, associatives et les élus des territoires et les citoyens tirés au sort, soit un savant combiné de collaborateurs.

Les gros morceaux qui vont faire la Une de la rentrée sont les réformes des retraites et de l’assurance-chômage, la souveraineté énergétique face à l’inflation, la sécurité intérieure et extérieure, le tout noyé par « l’urgence climatique » et la donnée sociétale LGBTiste.

Dans l’acte, les restrictions dans tous les domaines sont déjà annoncées. Ce qui fait dire par certains que la rentrée va être tumultueuse. Peut-être, mais l’accusation de Poutine initiateur de tous nos malheurs sera encore plus accentué qu’elle ne l’est déjà. On oubliera vite que c’est nos dirigeants très compétents qui ont créé cette situation par leurs sanctions stupides. Le Maire croyait faire imploser l’économie Russe. Le résultat final est sous nos yeux. C’est notre espace économique qui s’effondre.

La dernière porte de sortie pour la commission européenne est de suivre l’OTAN dans sa projection guerrière. Elle veut s’engager dans le conflit pour envahir la Russie pour la spolier. Le but de la guerre est bien de mettre main basse sur les ressources Russes qui sont fondamentales pour notre développement. C’est un coup de poker, car si les pays Otanistes n’arrivent à cette fin, notre avenir est bien compromis. Rappelons que l’Europe n’a aucune ressource naturelle stratégique et qu’elle s’est privée par « Ven der Layenerie » de les obtenir à prix négocié. Dans tous les cas, elle devra acheter ces ressources au prix Spot. Ha les excellents stratèges !

Macron nous a bien prévenu. Nous devrons payer le prix de notre liberté. D’abord de quelle liberté parle-t-il ? Celle des gueux que son pouvoir châtie ou celle de son cercle oligarchique ? Quelle est donc la valeur du verbe Payer dans sa bouche ? Payer le prix économique de leurs impérities ou payer le prix du sang en allant mourir en Ukraine pour le compte de la ploutocratie?

Que vont faire les Français à la rentrée ? Sur le plan sanitaire, ils se sont lamentablement couchés. Ils se sont laissés enfermer comme s’ils étaient des criminels. Ils se sont fait empoisonner avec un truc expérimental et portent encore le masque de la soumission. Sur le plan sécuritaire, ils ne s’insurgent pas contre toutes les agressions de toutes sortes qu’ils subissent au quotidien dans la rue. Ils ignorent l’invasion immigrationniste facteur de désordre sociétal. Sur le plan économique, ils ne se révoltent toujours pas sur tous les bradages industriels et stratégiques commis par Macron. Ils ne se mutinent pas contre la privatisation des services publics ni contre la corruption systémique qui touche tous les segments de notre société. N’oublions pas qu’ils ont revoté pour Macron, insigne notable d’une insuffisance analytique générale. Alors croire qu’à la rentrée un grand mouvement populaire va jaillir nous semble peu probable. Les Français ne dorment pas, ils sont dans le coma. Ce n’est pas parce qu’il va avoir 4 gilets jaunes dans les rues que ça va changer les choses. Ceux qui auraient pu changer la donne politique ont été privés de présence électorale lors des présidentielles. Tous les souverainistes ont été évincés par la magouille démocratique. En observant les résultats des législatives, on comprend bien que de toute façon leurs discours n’interpellent que peu de gens. Ainsi c’est le statu quo. Les futures larmes ont été approuvées par les Français.

WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.