Une pharmacie fournissant de l’Ivermectin reçoit une visite d’inspection inopinée

La semaine dernière, le pharmacien Arjen Ypma a reçu une visite inopinée de l’Inspection de la santé publique et de la jeunesse (IGJ). Suite à la visite, les inspecteurs ont souhaité obtenir tous les noms des médecins ayant prescrit de l’Ivermectin. La pharmacie vanNoord fournit des médicaments d’auto-soins, dont l’Ivermectin. Comme on le sait, l’IGJ supprime cette forme de traitement précoce à Covid-19. Le rapport d’Arjen Ypma :

« Soudain, deux inspecteurs se sont retrouvés dans la pharmacie. Ils ont dit qu’ils venaient pour une inspection et ont demandé le pharmacien. J’ai pensé : c’est le moment. Bien sûr, j’avais compté sur le fait que je recevrais un jour une visite d’inspection, et puis soudain, c’est arrivé. Je les ai conduits à travers la pharmacie, devant une table sur laquelle se trouvaient cinquante boîtes d’Ivermectin. Ils sont passés à côté ; peut-être que les inspecteurs n’avaient aucune idée de ce à quoi ressemblait une boîte d’Ivermectin. Nous avons ensuite eu une conversation pas désagréable pendant plus de deux heures, au cours de laquelle j’ai expliqué mes actions de manière transparente.

Traitement précoce selon les règles

Depuis juin, notre pharmacie est un fournisseur de médicaments pour le traitement précoce du Covid-19, y compris l’Ivermectin. Cela doit se faire selon certaines règles : le patient doit être correctement informé et il doit y avoir une concertation entre le médecin et le pharmacien. Nous nous en tenons à ces règles et nous suivons le patient pendant un certain temps. Grâce à une concertation régulière entre les médecins et le pharmacien (consultation de pharmacothérapie – FTO), nous avons maintenant acquis une grande expérience en matière de traitement précoce.

Avant de commencer à fournir de l’Ivermectin, j’ai contacté le Consortium for Research in General Practice pour mettre en place une étude scientifique sur les effets du traitement, mais je n’ai reçu aucune réponse. Alors nous le ferons nous-mêmes », ai-je pensé. Nous appelons chaque patient qui reçoit des médicaments par notre intermédiaire pour un traitement précoce après deux semaines et nous réalisons ensuite un questionnaire. J’ai traité les 150 premiers cas moi-même, après quoi, en raison de la grande quantité de travail, j’ai engagé un assistant supplémentaire.
La majorité des patients sont complètement guéris en quelques jours. Nos patients sont fermement convaincus qu’ils ont été guéris par l’Ivermectin. Je suis un peu plus prudent ; nous n’avons pas fait d’étude en double aveugle contrôlée par placebo. Nous ne pouvons donc pas prouver par nos propres recherches que ces patients auraient récupéré moins vite sans l’Ivermectin. Au niveau international, de nombreuses recherches en double aveugle contre placebo ont été menées sur l’ivermectine et les résultats montrent une réduction de 65 % des hospitalisations et de la mortalité en cas de traitement précoce (http://www.ivmmeta.com).

Les inspecteurs veulent maintenant toutes les ordonnances d’Ivermectin, d’Hydroxycholoroquine et d’Azithromycine. Ils portent le nom des médecins prescripteurs. Qu’est-ce qu’ils veulent avec ça ? Oui, ils peuvent clouer quinze médecins au mur. Mais je suis confiant quant aux éventuelles poursuites judiciaires. Nous aidons les gens de manière professionnelle et respectons la loi.

« Les soins de première ligne (médecins généralistes) devraient servir de tampon aux hôpitaux, pour éviter le plus grand nombre possible d’admissions.
pour les hôpitaux, éviter le plus grand nombre d’admissions possible ».

Je remarque que le groupe de médecins et de pharmaciens se déplace. Plusieurs collègues à qui je parle ont des questions sur la politique de Corona. À l’heure actuelle, les médecins sont pratiquement tenus à l’écart par les directives de leur propre profession et ne peuvent pas faire grand-chose pour un patient atteint de corona. Oui, attendez une détérioration et envoyez-le à l’hôpital. Le secteur des soins primaires (médecins généralistes) devrait servir de tampon aux hôpitaux, afin d’éviter autant d’admissions que possible. Le mardi 14 décembre, nous avons une réunion avec l’Association néerlandaise des médecins généralistes (NHG) au cours de laquelle je souhaite transmettre ce message. J’espère que le NHG ajustera sa position sur l’Ivermectin.

Soulager la pression hospitalière

L’un des inspecteurs a demandé si je continuerais à fournir de l’Ivermectin si nous perdions l’injonction. J’ai répondu que nous continuerions tant qu’il n’y aurait pas de preuves scientifiques convaincantes que cela ne fonctionnerait pas ou que cela pourrait être préjudiciable au patient. La pratique a montré jusqu’à présent que les effets secondaires éventuels sont légers. Les médecins qui prescrivent sont des professionnels qui savent ce qu’ils font. Les patients sont généralement bien informés et paient eux-mêmes le traitement. J’ai du mal à comprendre les raisons profondes de l’Inspection de rester sur ce traitement précoce. Toutes les opportunités qui peuvent soulager la pression sur les hôpitaux doivent être saisies. »

La pharmacie vanNoord reçoit de nombreuses demandes de commande d’Ivermectin. Cependant, cette pharmacie ne délivre que sur ordonnance, aux personnes malades par le biais de l’auto-soin covid19.nl.

Source : https://artsencollectief.nl/apotheek-die-ivermectine-levert-krijgt-onaangekondigd-inspectiebezoek/

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.