Une course-poursuite dans le Cantal se termine à Vézac

Une course-poursuite dans le Cantal se termine à Vézac

l’hélicoptère d’Egletons a survolé Vézac. © Agence AURILLAC

Deux jeunes gens ont été interpellés, jeudi, à Vézac. Leur véhicule, volé, a été signalé à la gendarmerie après une filouterie d’essence. Localisés, ils ont refusé de s’arrêter, obligeant les militaires à déployer d’importants moyens pour les arrêter.

L’histoire commence en Corrèze, il y a plusieurs jours. Un couple originaire de Dordogne, un homme tout juste majeur et une jeune femme, mineure, volent une voiture, puis se dirigent vers le Cantal.

Mercredi, ils attirent les projecteurs sur eux, après une grivèlerie d’essence à Saint-Flour. Le délit est signalé. La gendarmerie se lance à la recherche de la Twingo blanche. Une patrouille de Vic-sur-Cère, à cinquante kilomètres de là, reconnaît la voiture, en milieu d’après-midi. Gyrophares allumés, elle prend en chasse le véhicule.

Une nuit dehors

Mais le conducteur accélère. Il quitte la nationale et emprunte une petite départementale en direction de Vézac. La gendarmerie d’Aurillac prend la suite de l’opération et déploie d’importants moyens : l’hélicoptère d’Égletons est appelé en renfort, ainsi que le Psig d’Aurillac (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) et la brigade de recherche. La police, dont la zone d’intervention est limitrophe, est également mobilisée.

En début de soirée, le véhicule est repéré, à l’arrêt, au bout d’un chemin : le couple a pris la poudre d’escampette en pleine forêt. Les techniciens en identification criminelle passent la Twingo au peigne fin, tandis que des équipes cynophiles fouillent les bois. En vain. La population est alertée et, vers 23 heures, le dispositif est allégé. Les deux jeunes gens passeront la nuit dehors.

Ils seront finalement interpellés le lendemain matin, jeudi, vers 10 h 30, grâce au signalement d’un riverain. En garde à vue, les deux suspects reconnaissent l’ensemble des faits : du vol de la voiture au refus d’obtempérer – point de départ de la poursuite – en passant par la filouterie d’essence à Saint-Flour.
Ils seront convoqués devant la justice, en novembre pour le jeune homme, en juin pour la mineure.

Pierre Chambaud

Source : La Montagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.