Une année marquante pour la gendarmerie

Le commandant du groupement a insisté sur le<i/>sens élevé du service et du dévouement des gendarmes du Loir-et-Cher - Le commandant du groupement a insisté sur le&lt;i/&gt;sens élevé du service et du dévouement des gendarmes du Loir-et-Cher - (Photo NR, Jérôme Dutac)

Le commandant du groupement a insisté sur lesens élevé du service et du dévouement des gendarmes du Loir-et-Cher – (Photo NR, Jérôme Dutac)

Les gendarmes ont fêté la Saint-Geneviève hier à Blois. Le colonel Chuberre est revenu sur une année riche en événements qui a suscité une forte mobilisation.

l y a tout un juste un an, les gendarmes étaient contraints de reporter la célébration de leur sainte patronne en raison des attentats survenus à Paris, le 13 novembre 2015. Même si la menace terroriste reste d’actualité, la tradition de la Sainte-Geneviève a été respectée ce vendredi 25 novembre avec un office religieux célébré en la cathédrale Saint-Louis par l’évêque de Blois, Mgr Batut. Les invités du groupement départemental se sont ensuite retrouvés salle Malfray, à l’hôtel de ville pour écouter les allocutions.

Dans son mot d’accueil, Yves Olivier, conseiller municipal délégué de Blois, a salué la figure historique de l’héroïne qui est aussi la protectrice de Paris. « Elle incarne le courage et la disponibilité envers les autres, qualités que cultivent les gendarmes. »
Le nouveau préfet, Jean-Pierre Condemine, a également exprimé sa confiance et sa reconnaissance envers les militaires au vu d’un bilan d’activités intense.« Je serai attentif à tout ce qui pourra améliorer les conditions de vie des gendarmes. »
Le colonel Éric Chuberre, commandant du groupement départemental, a remercié les participants dont la présence est pour lui un « témoignage d’attachement et d’estime » pour la gendarmerie. « Des valeurs fortes nous imprègnent. Être gendarme, c’est la fierté d’appartenir à une institution à forte identité caractérisée par un sens élevé du service et du dévouement. Ces valeurs, les gendarmes du Loir-et-Cher les partagent et les ont éprouvées durant l’année écoulée. »

Teknival et inondations

La gendarmerie départementale est fortement sollicitée dans le cadre de l’état d’urgence renouvelé après le drame de Nice cet été. « Le signe le plus tangible est la protection des lieux de rassemblement, de culture et de partage. »
Parmi les événements majeurs de 2016, on retiendra le Teknival de Salbris qui a rassemblé jusqu’à 16.000 personnes pendant quatre jours sans aucun incident majeur. Il fut suivi par les inondations historiques un mois plus tard avec en point d’orgue la visite du président de la République à Romorantin.« Au total, ce sont 680 gendarmes déployés, 9.000 heures sur le terrain dont 1.500 de nuit, des services quotidiens de plus de 12 heures, 3.000 appels à gérer »,détaille le patron du groupement qui rappelle que, dans le même temps, il a fallu faire face à des affaires criminelles, de graves accidents de la route… Il a insisté sur l’engagement des gendarmes, en particulier ceux de Romorantin vivant nuit et jour dans leurs bureaux lors de crue de la Sauldre et se contentant de « raviolis froids en conserve. » Le colonel n’a pas oublié les familles des gendarmes, qui apportent un appui indispensable aux militaires. Il a salué aussi l’apport des réservistes, dont le soutien a été encore plus crucial cette année.
Le colonel Chuberre a indiqué que malgré la pression des événements, le travail quotidien des gendarmes a permis de faire reculer la délinquance (7.000 crimes et délits constatés) et de mener au mieux leurs missions de sécurité routière (1.800 infractions constatées). Parmi les projets à venir, il a évoqué l’aménagement d’une nouvelle caserne à Contres. Le colonel a conclu sur l’importance du travail en partenariat et la qualité du service à apporter à la population pour s’assurer de sa confiance. « Comme disait Périclès, ce sont les hommes et non les pierres qui constituent les meilleurs remparts de la cité. »

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.