Un syndicat appelle à un “acte 1 des policiers” en 2019

Capture d’écran 2018-12-20 à 20.32.57

Pour Linda Kebbab de SGP Police, le gouvernement a prouvé que seul le rapport de force marche. Elle appelle à l’union de tous les corps de la police pour obtenir ce qu’ils demandent et la rémunération des 27 millions d’heures supplémentaires que leur doit l’État.

Il n’y a pas que les “gilets jaunes” qui exprime leur mécontentement. La gronde monte également du côté des policiers. Un syndicat policier a appelé sur Twitter à un “acte 1 de la colère des policiers”. Ils reprochent à l’État le nombre d’heures supplémentaires que celui-ci leur doit. Environ “27 millions” selon Linda Kebbab, délégué nationale de SGP police.

“On a le plus beau métier du monde qui est celui de garder la paix et de la maintenir dans un pays aussi beau que la France. Mais quand on a des forces de l’ordre qui sont épuisées émotionnellement, physiquement, qui n’y croient plus, quand le dialogue social est rompu, il y a une obligation de passer à l’action. Ce gouvernement, comme d’autres avant lui, a prouvé que seul le rapport de force marche”, précise-t-elle.

20.000 flics dans la rue ?

Outre les heures supplémentaires, qu’ils demandent rémunérées et défiscalisées, les policiers ont d’autres revendications. Notamment la prise en charge de la mutuelle, imposée pour les entreprises du privé, mais dont l’État “a décidé de se dispenser”. Ils demandent également un statut pour les techniciens scientifiques.

“C’est un ensemble de mesures pour lesquelles nous nous battons depuis de nombreuses années, les collègues attendent de nous des actions. Nous n’allons pas les décevoir”, affirme Linda Kebbab.

Ces actions, elles devraient commencer à partir de la rentrée 2019. D’abord pour attendre la fin du mouvement des “gilets jaunes” qui ont déjà lancé des appels pour un acte 6 samedi prochain. Selon la syndicaliste, c’est l’union de tous corps de la police qui pourra faire craquer le gouvernement. “Je pense que certains à Beauvau vous direz que la plus grande crainte de l’administration, c’est qu’il y ait 20.000 flics dans la rue. On fera tout pour”.

Un rassemblement ce jeudi

Le chef de l’État avait annoncé qu’une prime serait accordé aux policiers et gendarmes mobilisés pour sécuriser le mouvement des gilets jaunes. Pourtant, certains syndicats de gardiens de la paix s’apprêtent à la refuser. Selon eux elle ne suffira pas à dédommager l’investissement des policiers depuis plus d’un mois.

D’autres organisations, moins représentatives comme “le mouvement des policiers en colère”, ont déjà appelé au rassemblement ce jeudi devant le commissariat de police du 8e arrondissement de Paris sur les Champs-Elysées.

Source et Vidéo : RMC-BFMTV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *