Un suicide tous les deux jours dans la police nationale depuis le début de l’année : la faute à pas de chance ?

suicide-police-nationale-policiers-en-colère-gilets-jaunes

La DGPN appelle à signaler les agents en situation de fragilité. Le directeur Eric Morvan est-il au courant que les collègues fragiles en arrêt maladie sont régulièrement harcelés par la hiérarchie policière ?

Alors que nous ne pouvons pas systématiquement intervenir sur tous les appels 17 faute d’effectifs, certains petits barons hiérarchiques locaux trouvent pourtant le moyen d’envoyer des patrouilles aux domiciles des collègues malades pour les contrôler et mettre la pression pour les faire revenir au service.

Les deux fléaux qui accablent notre profession sont connus : l’imbuvable hiérarchie policière et les conditions d’exercice de nos missions de police dévoyées par des statisticiens de pacotille.

Du 24 au 26 août 2019, la France accueillera 24 Chefs d’Etats dans le cadre d’un G7 à Biarritz, lui même précédé d’un contre-sommet à partir du 17 août.

France Police – Policiers en colère ne doute pas des charmes de la façade Atlantique au mois d’août. Sauf que pour permettre à ces délégations étrangères de venir profiter de l’air iodé de la côte basque en toute sécurité, nos collègues vont se faire sucrer leurs congés d’été.

De plus, il y a fort à parier que la fronde des Gilets jaunes soit toujours d’actualité cet été. Combien faudra-t-il alors mobiliser d’effectifs dans nos rangs en pleine canicule ?

Typiquement, décider d’un tel évènement à une telle date, témoigne du désintérêt total du politique pour les forces de police et de gendarmerie.

On prend les policiers pour des larbins corvéables à merci et après on s’interroge sur le pourquoi des suicides dans nos rangs..

Source : France Police

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.